performArts

21ème FESTIVAL RUSSE « L’ELEPHANT D’OR »

PDFImprimerEnvoyer

Lundi, 21 Mars 2016 00:00

Organisé au théâtre Toursky Marseille, le Festival Russe en est à sa 21ème édition, malgré des difficultés croissantes économiques conjoncturelles & géopolitiques, les événements dramatiques 2015 qui ont lourdement affectés le monde de la culture en plein cœur de notre capitale... Son directeur & fondateur, Richard Martin, subit, plie, mais ne rompt pas...

Lire la suite...

 

Opéra de Monte-Carlo : LE JOUEUR de Sergueï Prokofiev d’après le roman de Dostoïevski

PDFImprimerEnvoyer

Mercredi, 30 Mars 2016 16:40

Le Joueur, la nouvelle production de l’Opéra de Monte-Carlo, commence par l’image sur grand écran d’un film muet où des joueurs s’agitent autour d’une table de casino. Les intertitres sont en caractères cyrilliques : nous sommes bien dans l’univers russe de Prokofiev et de Dostoïevski.

Lire la suite...

 

Alocco « Visites express » 2 (mars 2016)

PDFImprimerEnvoyer

Mercredi, 30 Mars 2016 16:26

Une galerie avec de beaux espaces qu’un escalier articule, comme semble être articulé l’espace de chacune des toiles de Sépànd Danesh. La peinture en à-plats a-expressionnistes d’objets simples tout en angles et courbes géométriques sur des fonds uniformes serait par définition à l’opposé du trompe l’œil.

Lire la suite...

 
 

Marcel

PDFImprimerEnvoyer

Mercredi, 30 Mars 2016 16:18

Rien n’est sûr, mais tout est possible.

Jos Houben est de retour sur le plateau de la salle Michel Simon au TNN après le succès de "L’Art du rire" (voir lien vers la critique en bas de page) la saison dernière. Un bonheur arrivant rarement seul il est cette fois-ci accompagné de son complice au long cours Marcello Magni. En effet, après avoir été étudiants, puis professeur, à la prestigieuse école de théâtre Jacques Lecoq, où Jos Houben officie toujours, les deux hommes ont fondé en 1983, avec le non moins extraordinaire Simon McBurney, le bien nommé Théâtre de Complicité à Londres.

Lire la suite...

 

Bernard Dejonghe

PDFImprimerEnvoyer

Mardi, 22 Mars 2016 19:37

Ce qui est remarquable dans les arts du feu, c'est l'absence, la disparition totale du feu. On sait qu'il a été déterminant dans l'élaboration de l'objet, mais il n'en reste presqu'aucune trace. Contrairement  aux autres arts où l'empreinte du burin, la touche du pinceau ou la marque de la main sont lisibles, ici, seuls les spécialistes peuvent deviner les étapes de la création.

Lire la suite...

 
 

Page 3 sur 5