Opinion

Autour du « Dossier Supports/Surfaces »

PDFImprimerEnvoyer

Mercredi, 17 Octobre 2018 13:45

À l’origine, il s’agit d’un livre conçu en 1978 par Jacques Lepage : documentation brièvement commentée sur le parcours 1966–1974 d’artistes plus ou moins réunis puis séparés sous le label Supports/Surfaces. Bien que ce groupe à la composition évolutive et finalement conflictuelle n’ait réellement opéré que deux années, sa capacité publicitaire a donné son nom a une mouvance beaucoup plus nombreuse, tendance que Lamarche-Vadel nommait « Abstraction Analytique » et qu’avec R. Monticelli, et quelques artistes concernés, nous aurions préféré désigner plus précisément « Peinture analytique et critique ».

Lire la suite...

 

Lettre de Marcel Alocco à Nicole Esterolle

PDFImprimerEnvoyer

Vendredi, 08 Février 2013 14:21

Nice, le 1er février 2013

Bonjour,

Merci, la phrase entière a plus de sens. O. Kaeppelin (….) se lever brusquement en fond de salle et déclarer «  L’État a eu tout faux et devrait tout changer pour favoriser la diversité sans prendre position pour l’évaluation des artistes ». Je suppose qu’il a explicité ses positions en d’autres lieux et autres publications,

Lire la suite...

 

Beauté, puissance N...

PDFImprimerEnvoyer

1- Le beau, on ne sait pas. On n’a jamais vu. La beauté, oui. Après notre deuxième rencontre, place des Abbesses, j’écris :

« N…, très jolie Algérienne, vingt et un an ans. Longue chevelure anthracite. Même richesse de brillances que chez Soulages, selon la lumière. Splendides effets mats aussi (ce que sa chevelure doit à l’Afrique noire, toutes frisures dénouées). Reflets bleutés. Yeux noirs, cils noirs. Pas maquillée. La lumière du noir.

Lire la suite...

 
 

Si Versailles m’était compté...

PDFImprimerEnvoyer

La France est un pays culturellement sous-développé. Un roi, jadis, fit construire ses palais à Versailles, en lesquels il veillait à faire resplendir l’art contemporain (mais oui, il y avait un art qui lui était contemporain !) Ses conseillers, de bonne culture semble-t-il, lui avait sans doute fait comprendre que le Louvre recevrait mal les œuvres conçues dans un esprit différent. Aucun lieu n’a depuis, semble-t-il, été prévu pour l’art de notre époque. Il y a bien eu quelques tentatives comme, par exemple, le Centre Pompidou, inauguré en 1977, mais il semblerait que la nouvelle ne soit pas encore parvenue aux oreilles des responsables, logés il est vrai fort loin, dans le 1er arrondissement.

Lire la suite...

 

PEINDRE

PDFImprimerEnvoyer

Passez une journée sur un rivage et vous aurez vu plus de « marines » que n’en peuvent contenir tous les musées et toutes les collections du monde ! Ce qui compte, ce n’est pas la réalité qui sera toujours plus réelle que l’œuvre plastique, sauf à présenter l’œuvre sans autre référent que sa propre matérialité. Le plus important, pour l’artiste, fut-il amoureux de la femme ou du paysage, ce n’est pas le modèle, mais ce qu’il dit de ce modèle-ci en particulier et aussi bien se répète pour le principal à propos de chacun de ses modèles. Puisque ici « dire » n’est qu’une image. Car si le poète est un bavard à l’ouïe fine, le plasticien bien entendant parle un langage de sourd-muet.

Lire la suite...

 
 

Page 1 sur 3