Entretien avec Jean-Jacques Goron, président de la fondation BNPARISBAS

PDFImprimerEnvoyer

Silvia Valensi : A quelle date et comment est née la Fondation BNPARIBAS ?

Jean-Jacques Goron :La Fondation BNP Paribas, créée en 2000 à la suite de la fusion entre BNP et Paribas, a repris sous son aile les programmes de mécénat conduit d’une part par la Fondation Paribas, créée en 1984, et d’autre part par la BNP, qui sans fondation, n’en était pas moins mécène depuis le début des années 80.

Avant leur fusion, les deux entreprises étaient investies, l’une comme l’autre, dans les champs de la culture, de la santé et de la solidarité.

 

 

Goron

S.V. : Aujourd’hui, à travers cette politique de mécénat, est-ce qu’elle revendique une identité de performance, de responsabilité sociale et d’engagement dans la durée ?

JJ.G. :La politique de mécénat est une composante à part entière de la politique de responsabilité sociale de l’entreprise. Les actions de mécénat ont toujours pris la forme d’un accompagnement dans la durée

S.V. : Quelles sont les actions de la Fondation BNPARISBAS ? Dans quels secteurs en particulier intervenez vous ?

JJ.G. Culture : Soutien aux artistes créateurs (danse contemporaine, nouveaux arts du cirque, jazz) ; préservation et rayonnement des collections des musées.

Santé : Soutien à des programmes de recherche.

Environnement : Soutien à des programmes de recherche sur le changement climatique.

Education : Soutien à des projets visant à favoriser l’égalité des chances et la transmission des connaissances.

Solidarité : Soutien à des associations luttant contre diverses formes d’exclusion, notamment dans les quartiers populaires

Entretien

S.V. : Sous l’égide de la Fondation de France, les programmes sont-ils souvent soutenus par des partenariats institutionnels ou privés ?

JJ.G. En fonction de leur nature, les partenariats conduits par la Fondation BNP Paribas, sous égide de la Fondation de France, le sont avec des associations ou des institutions.

S.V. : Quelle est la différence entre la Fondation et le sponsoring où vous êtes très présent, par exemple pour le tennis ?

JJ.G. La Fondation conduit des actions de mécénat, qui obéissent aux mêmes règles que celles que suivent tous les mécènes et qui sont différentes des actions de sponsoring, qui ne relèvent pas de son champ d’action.

S.V. : Indépendamment de la Fondation, BNPARIBAS possède elle d’autres services où la philanthropie peut-être mise en œuvre ?

JJ.G. Il y a 11 fondations dans le groupe BNP Paribas

S.V. : Quels liens la Fondation tisse-t-elle avec les salariés en interne et avec les clients en externe ?

JJ.G. La Fondation informe régulièrement les salariés des actions qu’elle conduit. Elle les sensibilise et les invite régulièrement à découvrir en direct les projets qu’elle défend. Elle apporte par ailleurs un soutien à des associations dans lesquelles les salariés sont impliqués à titre personnel, à travers le programme Coup de Pouce.

Les clients, comme les actionnaires, sont également associés aux actions que conduit la Fondation, notamment par le biais d’invitation à des soirées autour de ses partenaires.


Silvia Valensi copyright 4 avril 2012



Jean-Jacques Goron

Délégué général adjoint de la Fondation BNP Paribas

Entré à Paribas en 1991, comme attaché de direction chargé de la communication interne, il rejoint la Fondation Paribas en 1995. Responsable du programme éditorial Musées et Monuments de France, il seconde Martine Tridde-Mazloum dans ses missions. Nommé délégué général adjoint de la Fondation BNP Paribas en 2000, il supervise l’ensemble des programmes conduits en faveur de la culture, de la santé, de l’éducation, de la solidarité et de l’environnement ; il assure par ailleurs la supervision de la communication et, aux côtés de Martine Tridde-Mazloum, déléguée générale de la Fondation BNP Paribas, participe au développement de la politique de mécénat du groupe à l’international.

Diplômé de l’université Paris 7 (Lettres modernes) et du Celsa, Jean-Jacques Goron a notamment exercé son activité comme journaliste et producteur radio au sein de différentes antennes (Radio Nova, France Culture) avant de rejoindre une agence conseil en communication institutionnelle.