L’EXERCICE DE L’ETAT – Pierre Schoeller

PDFImprimerEnvoyer

Dans un salon doré, une femme nue rampe sur la moquette pour aller s’enfoncer dans la gueule d’un crocodile. Premières images de L’exercice de l’Etat de Pierre Schoeller, cette fantasmagorie introduit le postulat du film : les arcanes du pouvoir sont viriles, violentes, cannibales et sans appel.

 

film

Avec aux commandes le remarquable acteur Olivier Gourmet comme ministre des transports, son équipe politicienne nous mène dans les méandres du pouvoir et de ses pratiques sournoises, troubles, opaques. A ses côtés donc, une brochette de comédiens talentueux figurant des portraits de politiciens affairés, des hommes de dossiers travaillant dans l’ombre de la bête politique.

film

Le ton est donné dès les premières scènes : un accident de route mortel impliquant des enfants plonge le ministère dans la gestion d’une communication de crise pour ne pas perdre la confiance des électeurs. D’autres affaires périphériques s’enchaînent à un rythme effréné ; il faut réagir, vite et à tout. Le scénario repose sur cette avalanche de scènes qui ne laissent jamais l’attention du spectateur faiblir, comme pour mieux faire ressentir la tension permanente dans laquelle se trouvent le ministre et ses acolytes qui travaillent d’arrache-pied. Cette cadence infernale est au diapason avec les dialogues incisifs qui fusent à la vitesse de cerveaux bien entraînés ! On pourrait s’attendre à une peinture caricaturale du monde politique, il n’en est rien. Probablement parce que Schoeller s’est intéressé à n’explorer non pas tant l’ascension aux postes suprêmes et les luttes de pouvoir que la manière dont s’exerce celui-ci. Le résultat est saisissant. Il donne à voir l’humanité en filigrane du ministre et de son directeur de cabinet (Michel Blanc, très crédible dans son rôle d’homme d’État loyal et droit dans ses bottes) mais aussi de sa directrice de communication (Zabou, interprète inspirée qui apporte la touche féminine !) et de son chauffeur, muet par méfiance et chez qui le ministre se rend le temps d’une soirée. Son échappée dans la France d’en bas saura-t-elle créer un électrochoc pour celui qui, poussé par le système, a choisi depuis longtemps de rouler pour sa carrière avant tout ?

film

L’EXERCICE DE L’ETAT de Pierre Schoeller – 26 octobre 2011 – France. 1h55.

Prix de la critique internationale à Cannes, 11 nominations aux Césars dont 1 César du meilleur second rôle pour Michel Blanc.

Avec Olivier Gourmet, Michel Blanc, Zabou Breitman.

(Lire aussi l'article de Bernard Boyer, sur le festival de Cannes 2011, publié dans le N°11 de performArts papier en octobre 2011 NDLD)


Aurèle M.