Expressions XX et I renouvelle la vie musicale cannoise. !

PDFImprimerEnvoyer

Cet automne a vu naître à Cannes une bienheureuse initiative culturelle avec l’Association Expressions XX et I qui, en partenariat avec l'Académie Clémentine, a décidé de donner au public cannois l'occasion de se familiariser d'avantage avec la musique contemporaine. Bien que la ville de Cannes offre une programmation en musique classique régulière, notamment avec l'intervention fréquente de l'Orchestre Régional Cannes PACA, le répertoire des musiques du 20ème et 21ème siècle reste assez peu abordé.

D'où la volonté de certains musiciens professionnels, issus de cet orchestre et/ou professeurs au Conservatoire à Rayonnement Départemental de Cannes, de s'allier à M. Alain Fourchotte, compositeur et maître de conférence en musicologie, pour proposer une série de concerts autour de ce répertoire, qui ne rencontre pas toujours l'adhésion du public.

 

Le concert inaugural de ces nouveaux rendez-vous a eu lieu ce 28 novembre à l'église Saint Georges, un des plus bel exemple de l’architecture religieuse anglaise du XVIIIème.

Sous l'intitulé Des pères fondateurs du XXème siècle à un classique du XXIème siècle, le programme nous donna à entendre tout d'abord, quelques uns de ces innovateurs, comme les nomme Alain Fourchotte, qui jalonnent l'histoire de la musique du XXème siècle et en change radicalement le cours. Nous avons ainsi commencé avec Claude Debussy qui révolutionna le langage musical. Souvent rapproché des peintres impressionnistes par ses recherches harmoniques et la richesse de sa palette sonore, il ouvrit un nouveau champ d'investigation pour la création musicale de son époque ainsi que pour celle du futur. Expressions XX et I choisit de nous présenter Syrinx (1913). Cette partition, très courte (un seul mouvement), pour flûte seule, a été écrite initialement dans le contexte de la pièce Psyché du poète symboliste Gabriel Mourey, afin d'illustrer la mort du Dieu Pan. Elle déploie d'étranges arabesques, suscitant une irréalité délectable qui ne manqua pas de nous enchanter. Ce fut ensuite Stravinski qui fut abordé, avec deux œuvres, situées à des époques assez éloignées. Tout d'abord, Trois pièces pour Quatuor à cordes (1915) qui, selon le compositeur « marquent un important changement dans (son) art » et le Double Canon (1959) (pour quatuor également), une commande dédiée à la mémoire du peintre Raoul Dufy. Deux courts exemples qui illustrèrent le génie de cet esprit russe. Entre les deux, nous avons pu apprécier une autre pièce pour flûte solo : Densité 21,5 (1936) d'Edgar Varèse, une œuvre qui ouvre de nouveaux horizons dans le répertoire pour flûte traversière car elle allie, de manière inédite, à la fois les aspects percussifs et harmoniques de cet instrument. Cette soirée se clôtura avec Betsy Jolas, compositrice franco-américaine qui a participé activement à l'avant-garde musicale de la génération d'après-guerre et continue encore aujourd'hui, à 85 ans, de composer. Comme nous l'expliquait Alain Fourchotte, elle s'inscrit tout à fait dans « cette atonalité expressive » qui caractérise certains aspects de la musique contemporaine. L'œuvre proposée, le Quatuor à cordes n°3 (1973), sous-titré 9 études met en exergue, à travers chacun de ces mouvements, un aspect particulier relatif à la pratique des instruments à cordes.

Pour servir l'ensemble de ce programme, quelques interprètes remarquables furent conviés : Caroline Debonne flûte, Ventzislava Choycova violon, Mislava Bensaid violon, Vanessa Leuteuré alto et Philippe Cauchefer violoncelle.

Chacune de ces œuvres (en général, extrêmement courtes) étaient longuement introduites et commentées par Alain Fourchotte. Cela a occasionné quelques réactions du public souhaitant écouter de la musique plutôt que des discours... Il est certes louable de faire mieux connaître les œuvres afin qu'elles soient appréciées à leur juste valeur et rompre, par là même, le déroulement traditionnel du concert. Mais lorsque le temps discursif excède autant la durée des prestations musicales, il aurait peut-être mieux valu annoncer une Conférence illustrée de moments musicaux plutôt qu'un Concert. Le public s'attendait à vivre une véritable expérience musicale. Ce temps de parole aurait été sans doute d'avantage apprécié en amont du concert et sous une forme plus synthétique. Nul doute qu'Alain Fourchotte tiendra compte de ces réactions lors du prochain rendez-vous.

Quoi qu'il en soit, l'initiative d'organiser des événements autour de la musique contemporaine reste bénéfique car celle-ci est en effet peu présente de ce côté-ci du département et mérite d'être d'avantage divulguée...

Le prochain rendez-vous s'intitulera Autour des Femmes et se déroulera le lundi 13 février 2012 au Temple de Cannes à 18h30 avec un programme éclectique (sous réserve de modifications) :

- Maurice OHANA : Tiento pour guitare (1957)

- Klaus HUBER : Sechs Kleine Vokalisen pour contralto,violon, violoncelle (1957)

- Luciano BERIO : Duetti pour violons (1979-1982)

- Marybel DESSAGNES : Asakeya pour violoncelle (Création mondiale)

- Sofia GUBAIDULINA : Giardino di gioia e di tristezza flûte, alto, harpe et voix récitante.

Géraldine Martin