Le mardi à Monoprix

PDFImprimerEnvoyer

Chaque mardi, Marie-Pierre s'occupe de son père et fait avec lui des courses chez Monoprix. Avant Marie-Pierre s'appelait Jean-Pierre. Chaque mardi, elle vient depuis que la mère est morte s’occuper de son père et assurer une présence hebdomadaire.

Elle lave, nettoie, range, repasse pour ce père qui l’accueille au son de « qu’est ce que c’est ça » et s’obstine à l’appeler Jean-Pierre. Mais, Marie-Pierre sans jamais se défendre des mépris verbaux et dénis paternels, nettoie tout dans le petit appartement, sauf une pièce, la chambre de Jean-Pierre, sous les moqueries du père. « Il est parti Jean-Pierre. Reviendra on ne se pas quand ». Mais, l’épreuve la plus grande finalement ce n’est peut être pas ce déni paternel. « Tu pourrais tout de même mettre un pantalon ». Non, c’est surtout la sortie pour les courses hebdomadaires vers Monoprix dans la distance prise par le père sous l’œil des anciens voisins familiaux. « Bonjour Messieurs » dit la caissière moqueuse. Et, pourtant le père a une amie rencontrée sur le chemin de ces courses vers Monoprix. « Bonjour Marie-Pierre » dit-elle. « On m’a beaucoup parlé de vous ».

 

spectacle

Un texte touchant où Jean-Claude Dreyfus trouve le ton juste de cette relation de piété filiale, où l’enfant qui vient en remplacement de la mère est en fait en recherche éperdue d’amour et de reconnaissance.

La pièce nominée plusieurs fois aux Molière 2010, devrait faire l’objet au printemps prochain d’une adaptation cinématographique.


Geneviève Chapdeville Philbert


Le mardi à Monoprix d'Emmanuel Darley, mise en scène Michel DIDYM, avec Jean-Claude Dreyfus. Théâtre de Grasse 10 et 11 novembre 2011 - Théâtre Toursky Marseille 2 et 3 décembre 2011

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.