VAISON DANSES 2011

PDFImprimerEnvoyer

Un des rendez-vous estivals les plus agréables tant au niveau de son cadre, le théâtre antique de Vaison-la-Romaine, que de sa programmation. Ailey II, Sylvie Guillem et Akram Khan, Maria Pagès, Thierry Maladain sont notamment au menu.

 

vaison

C’est une compagnie mytique, figure de proue de la danse noire américaine qui ouvrira l’édition 2011 de Vaisons Danses. Lorsqu’Alvin Ailey fonde sa compagnie en 1958, le chorégraphe noir originaire du Texas revendique son identité, sa culture et sa musique construite sur le blues et le gospel. Revelations, créée en 1960, en est l’emblème ; Alvin Ailey y développe sa «mémoire de sang», entre oppression et esclavage, les gestes de délivrance et d’extase sont portés par la voix du gospel. Parfois douloureuse, d’autres fois jubilatoire, mais toujours pleine d’espoir, cette pièce mythique est un hommage à l’héritage culturel afro-américain et au génie d’Alvin Ailey qui a permis aux artistes noirs de s’exprimer à un moment où ils étaient marginalisés, leur donnant une possibilité de travailler et de développer leur talent, possibilité qui leur aurait été sinon refusée. Alvin Aley, immense figure de la danse afro-américaine disparait en 1989, laissant des ballets cultes, populaires dans leur essence, riches d’une danse imminément physique et sensuelle, construite avec un rare sens théâtral. Alvin Aley II composée de jeunes danseurs professionnels perpétue le répertoire d’Alvin Aley, tout en abordant également des chorégraphes contemporains.

vaison

« Je crois que la danse est venue du peuple et qu’elle devrait lui être restituée » rappelait souvent Alvin Aley dans ses interviews. La cellule contemporaine du Ballet National Algérien viendra en écho depuis l’autre rive de la Méditerranée à la danse d’Alvin Aley à travers « NYA », chorégraphie d’Abou Lagraa qui fait le pari de tisser les liens entre tradition et modernité pour des danseurs hip-hop en unissant le Boléro de Ravel aux chants des Aurès d’Houria Aïchi. « Cette création est composée de deux pièces distinctes, chacune baignée par deux musiques représentatives de la mémoire collective française et algérienne » indique Abou Lagraa. « Ces univers musicaux permettent le voyage entre les deux rives de ce pont méditerranéen. Les voix envoûtantes d’Houria Aïchi et le Boléro de Ravel aux mélodies orientales s’enroulent jusqu’à dévorer les corps des danseurs pour les emmener jusqu’à la transe. »

vaison

Vaisons Danses se poursuivra jusqu’au 26 juillet : Sylvie Guillem et Akram Khan, Malandain Ballet Biarritz, Maria Pagès et le Nouveau Cirque du Vietnam sont au programme des délices de la suite au sien du merveilleux cadre du théâtre antique de Vaison-la-Romaine.


Une sélection de Geneviève Chapdeville Philbert


VAISON DANSES

Du 8 au 26 juillet 2011

www.vaison-danses.com

"NYA" interview de ABOU LAGRAA - Geneviève Chapdeville Philbert - exlusivité Performarts

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

Sylvia Waters, danseuse et directrice artistique de Ailey II  qui se retirera en juin 2012, continue d’assurer la transmission de l’héritage de Alvin Ailey

Interview de Sylvia Waters par Geneviève Chapdeville Philbert

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

Interview de Troy Powell, son successeur désigné, qui prendra officiellement ses fonctions  en juin 2012

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

AILEY II – extraits de spectacles dont Revelations et The Hunt

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

Akram Khan et Sylvie Guillem présentaient à Vaison Danses leur duo « Sacred Monsters ». Le célèbre chorégraphe-danseur britannique d’orgine bangladeshi issu de la technique kathaket celle que l’on présente comme l’une des plus grandes danseuses de notre époque, bien qu’issus de cultures chorégraphiques différentes, ont mis ensemble sur pied un spectacle tout en finesse qui puise dans leur virtuosité respective mais aussi dans leur âme d’enfants, trop doués peut être et obligés au succès. Les deux artistes s’interrogent et dialoguent entre eux avec générosité, tendresse humour entourés de musiciens de choix, dont Philip Sheppard, célèbre compositeur violoncelliste. Nous avons plus particulièrement rencontré Akram Khan pour un regard sur la danse et la carrière du jeune chorégraphe aux rencontres atypiques issu, tout autant que de l’enseignement kathak, du creuset P.A.R.T.S fondé à Bruxelles par Anne Teresa De Keersmaecker.

Une interview exclusive Performarts du danseur- chorégraphe AKRAM KHAN par Geneviève Chapdeville Philbert.

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

Thierry Malandain est une figure à part du monde de la danse. Le chorégraphe, à contre courant des tendances contemporaines et  qualifié de néo-classique,  a longtemps été boudé en France, alors qu’ovationné à l’étranger. A ce jour il a plus de 70 chorégraphies à son actif, dont plusieurs au répertoire de grandes structures internationales. Le Malandain Ballet Biarritz qu’il dirige présentait  à Vaison-la-Romaine une pièce qui fait partie de ses plus abouties : Roméo et Juliette sur la partition d’Hector Berlioz.

Interview de Thierry Malandain à propos de Roméo et Juliette -  Geneviève Chapdeville Philbert

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

« Le terme néo-classique a longtemps été, en France, utilisé pour évincer ceux qui, venant du classique, essayaient d’avoir une démarche nouvelle,  qui est en fait  une démarche tout à fait ordinaire » explique Thierry Malandain.  « Les classiques, siècles après siècles, ou années après années pour rester modeste, ont essayé de se surpasser et d’inventer. Pour moi le terme néo-classique c’est un état permanent qui veut dire, à partir d’un langage classique et d’un code établi, essayer d’être neuf, nouveau et de révolutionner, à sa mesure. C’est comme le mouvement, un état permanent ».

Thierry Malandain - Un interview de Geneviève Chapdeville Philbert

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

Le Malandain Ballet Biarritz vient de créer « Lucifer » sur une musique de Guillaume Connesson interprétée par l’Orchestre de Pau Pays de Béarn dirigée par Fayçal Karoui.