AGATHE IRACEMA, une étoile est née !

PDFImprimerEnvoyer

Le Satellit Café (Paris 11e) ne faillit pas à sa réputation de découvreur de talents. Mercredi 8 juin 2011*, il propulsait sur sa scène intimiste une nouvelle star de la chanson latin-Jazz, Agathe IRACEMA, enfant de la balle au devenir prometteur...

 

Bien sûr, en la découvrant inaugurer le premier set du concert avec cette assurance sans manière, on pense à Carmen Mc Rae, on entendant son timbre chaud, légèrement cassé, sur les premiers scats, on imagine Tania Maria, en l’écoutant murmurer dans un souffle brisé une ballade, on pense immanquablement à Billie Holiday… Toute une pépite de divas se déploie sur son tapis chantant. Mais Agathe ne se réduit pas à un hommage de toute l’histoire du jazz-brésilien vocal, elle est aussi et surtout un « cri unique » comme disait Bill Evans, une force d’interprétation des standards qui fait le sel de sa performance. Un « jardin d’hiver » chanté en hommage à H. Salvador dans un souffle, une retenue à nul autre pareil sur un tempo, osé très moderato, nous le prouve. Ce magnifique timbre chaleureux, grave, suave, marié à l’ondulation chaloupée de son phrasé, couronne la plus grande sensualité vocale qu’il ait été donnée d’entendre. C’est là son grand mérite. Tout comme son aisance orale qui vous donne l’impression qu’elle chante comme elle parle, sans effort apparent et que les mots lui échappent de la bouche avant même de les avoir prononcés, que le son s’épanouit avant même d’avoir touché ses cordes. Non contente de nous séduire avec sa voix de velours à la sensibilité exacerbée, la maîtrise rythmique et le swing de son chant finissent par couper le souffle aux spectateurs.

Agathe Tracema

Sa formation actuelle - AGATHE IRACEMA & BRAZILIAN JAZZ PROJECT - est composée d’un quartet de musiciens confirmés. La basse joue de ses rifs binaires avec délectation, le percussionniste enrobe son chant en finesse, le batteur Tiss Rodriguez règne d’une main de maître aux baguettes alertes sans oublier le jeune pianiste attentif à « servir » la chanteuse. Ils la bercent, l’enveloppent, la propulsent au gré des rythmes bossa dans une complicité souriante qui manifeste leur joie d’être avec cette belle jeune pousse, au tout début d’une aventure qui ne semble que commencer. On attend que la révélation se confirme au gré de compositions personnelles à venir. Mais, que notre étoile montante prenne le temps de trouver sa voie, la chanson est une histoire qui se déroule chemin faisant…

* Concert donné dans le cadre de « Onze bouge », festival pluridisciplinaire de la création artistique à Paris, fêtant ses 15 ans de succès auprès d’un public conquis par la variété, la qualité et la gratuité des spectacles.


Concerts à venir : Baiser salé (Club de jazz Paris 1er) le 18 juin 2011.

Pour plus d’informations sur l’artiste :

http://www.myspace.com/agathejazzquartet

http://agathe.nanacola.fr


Aurèle M.