Un festival de danse qui décoiffe les chapiteaux du Parc de la Villette - Paris

PDFImprimerEnvoyer

Hautes Tensions, le nouveau festival dédié au dialogue des cultures urbaines et aux formes circassiennes, a fait carton plein au Parc de la Villette. Une dizaine de spectacles montés par des compagnies émergentes ou confirmées ont évolué dans les divers espaces intérieurs et extérieurs du Parc de la Villette, au cours de soirées éclectiques.

 

Les artistes invités ont en commun de vouloir dépasser les frontières des différentes formes de langage du corps dans un souci de recherche, de découverte et de dialogue, appuyé par une maîtrise sensible de leur art. Ce travail était prolongé par une série de débats et ateliers proposés aux spectateurs. *

 

pan

Focus sur le jeudi 14 avril qui réunissait trois compagnies à suivre de près.

LA CUISINE DE PAN par la compagnie Chute Libre, chorégraphie Pierre Bolo.

Dernier opus d’un cycle de quatre créations, ce spectacle nous plonge dans l’espace intime et familier de tous : la cuisine. A ceci près qu’elle est ici imaginée, revisitée dans un joyeux barnum. « C'est le lieu où le chahut est provoqué, le bancal assumé, les possibles puisés dans les formes expressives urbaines, danse, graff, textes ». Pour exprimer leurs sensations intérieures, les artistes – 3 danseurs et un circassien - évoluent au rythme du hip-hop et autour d’un mât chinois, en faisant feu de tout bois : surfaces plates, plans inclinés, placards… En dialoguant à travers une série alternée de tableaux aux accents tendres et mouvements explosifs. Le choix de l’ambiance sonore et de l’univers musical envoûtant est pour beaucoup dans la dynamique des scènes, bien que l’on ne comprenne pas toujours le lien entre les deux. On se laisse avant tout embarquer par la poésie qui naît de cette alchimie bien dosée entre pitreries légères et affirmation des corps évoluant avec l’énergie de jeunes conquérants.

Un vrai bol d’air frais !

http://www.compagniechutelibre.com/Compagnie_Chute_Libre_Danse_Hip_Hop.html

tetris

TETRIS du chorégraphe Anthony Egea, avec le Ballet de l’Opéra national de Bordeaux.

Le chorégraphe signe une jolie partition, mêlant la sensualité et gestuelle classiques à la spontanéité de la danse hip-hop (avec laquelle il a fait ses classes) et qu’il égrène en filigrane. On se laisse bercer par les mouvements des 21 danseurs à la plastique et technique irréprochables évoluant à travers un espace géométrique façonné par des vidéos. Petit bémol : qu’ils évoluent en solo, en duo, ou ensemble, la chorégraphie semble être tout droit sortie de la cuisse de Béjart, avec la vibration et la sueur en moins malheureusement. Le déjà vu est donc présent à l’esprit tout au long de ces corps à corps et faces public, néanmoins servis par une composition originale de l’ingénieux Franck II Louise. On attend la prochaine aventure de A. Egea pour découvrir ses talents plus personnels…

http://www.cie-revolution.com/anthony-egea.php

MeltingSpot

VADUZ 2036 par la compagnie Melting Spot, menée par le chorégraphe Farid Berki

Danseur de rue autodidacte, amateur d'arts martiaux et pionnier du mouvement Hip-Hop, Farid Berki lance sur la piste ses sept interprètes pour une aventure lunaire, aérienne et spontanée. Le geste est souple, souvent arrêté dans sa course comme si ce qui est donné à voir n’était qu’une proposition, une suggestion, quelque chose à construire… La maîtrise du geste est là, tout autant que sa fluidité, le temps est suspendu à ces corps qui semblent n’évoluer que pour eux-mêmes, sans souci de représentation. Les jeux de lumière qui accompagnent les déplacements des danseurs prolongent la beauté des gestes. Les fugaces apparitions de F. Berki sont de purs moments de lévitation qui nous font oublier l’apesanteur. Où va-t-il ? Que veut-il ? Sans cesse ces questions se posent et nous renvoient comme dans un miroir à notre propre impermanence. Oui, sa signature est bien là dans le geste qui plonge au plus près des origines dans une virtuosité qui s’appelle la vie tout simplement.

http://www.ciemeltingspot.fr/#

affiche

Aurèle M.

* Pour en savoir plus sur le festival Hautes Tensions de La Villette qui a lieu en avril : http://www.villette.com/ressources/documents/1/1138,janv-avril2011_FINAL-small.pdf