Petite chronologie de l'art sur la Côte d'Azur dans la deuxième moitié du XX° siècle

PDFImprimerEnvoyer

L’art contemporain sur la Côte d’Azur

Tableau de repères chronologiques établi par Marcel Alocco.

1918 - 1954 Installé à Nice en 1918, puis à Vence (1943) Henri Matisse est mort à Nice le 3 novembre 1954.

 

1933 : Création du Centre Universitaire Méditerranéen (CUM) dirigé par Paul Valéry, auquel succédera Émile Henriot.

1945 : à partir de 1945, l’aéroport Nice-Côte d’Azur va se développer pour devenir le plus important de France après Paris, mettant la Côte d’Azur en communication avec tout les continents, en faisant un carrefour de circulation des personnes et des idées.

1953-1955 : Nicolas de Staêl qui a vécu à Nice de 1940 à 1943, où il a rencontré Magnelli, Sonia et Robert Delaunay, Jean Arp, vient en 1953 vivre à Antibes où il se suicide le 16 mars 1955.

1954 - Ouverture du Palais des expositions de Nice construit par les architectes Buzzi, Bernasconi et Baptiste.

1955 : Picasso, qui depuis 1946 a travaillé par périodes à Vallauris et Antibes, s’installe en 1955 à Cannes.

1955-1960 : 17 août 1955, Fernand Léger meurt à Gif-sur-Yvette. En 1960 inauguration du Musée Fernand Léger, à Biot.

1956 : L’Union Méditerranéenne pour l’Art Moderne (U.M.A.M.), est fondée en 1946 avec la co-présidence de Pierre Bonnard et Henri Matisse. Elle organise depuis 1956 une « Biennale méditerranéenne de la jeune peinture ».

1956 : Jean Cocteau décore la Chapelle de Villefranche, ouverte en 1957.

1958 : Ben ouvre une boutique de livres et disques d’occasion, qui s’appellera ensuite Laboratoire 32, puis Galerie Ben Doute de Tout, point fixe du Théâtre Total de Ben et lieu important de rencontres et d’événements jusqu’au milieu des années 70.

1960 : Exposition « 40° au dessus de Dada » organisée par Pierre Restany à Paris, Galerie J. et signature le 27 octobre au domicile parisien de Yves Klein, du « Manifeste du Nouveau Réalisme », événements qui confirment symboliquement l’existence du mouvement, avec les participations d’Arman, Raysse et César…

1960 : Créé le 7 juillet 1960, le Festival de Jazz d'Antibes Juan-les-Pins, est le premier festival Européen de jazz. Participaient à cette première édition l'orchestre Wilbur de Paris avec le bassiste Charlie Mingus, Bud Powell, Dizzy Gillepsie (créateur de be-bop) ou encore Sister Rosetta Tharpe.

1961 : Festival du Nouveau-Réalisme à Nice. Galerie Muratore et Abbaye de Roseland.

1962-1974 : Forte activité de troupes théâtrales locales : Cercle Molière, Théâtre Populaire de Nice, Théâtre de Forme et d’Essai, Théâtre Universitaire Niçois, groupe Terra Amata… Puis Vaguants et CDN Théâtre de Nice.

1963 : Premier « Concert Fluxus » à Nice, avec la participation de George Maciunas (Juillet)

1963 : Inauguration du Musée Matisse à Cimiez. (Réouverture dans la Villa Gubernatis, rénovée en 1993)

1964 : Inauguration de la Fondation Maeght en présence du Ministre de la Culture, André Malraux.

1964 : La revue « Identités », par l’installation à Nice de Marcel Alocco et Jean-Pierre Charles qui l’avaient créée en 1962 (avec Régine Aizertin Robin) à Aix-en-Provence où ils étaient étudiants, accentue son implication dans la vie culturelle niçoise.

1965: En mars, dès l’arrivée de George Brecht, long entretien Ben-Brecht-Alocco qui est publié dans la revue « Identités » n°11/12 Juin 1965 spécial École de Nice, important car il explicite l’esprit Fluxus et est la première prise de position par les artistes eux-mêmes.

1965 : Ouverture de « La Cédille qui sourit » Atelier-Galerie Fluxus de Robert Filliou et George Brecht, [mais l’origine du nom n’est pas attestée. Il est probablement dû de l’humour imaginaire facétieux des artistes – R. Filliou était lié à plusieurs membre de l’OULIPO (Ouvroir de Littérature Potentielle). Désignation sans signification particulière, sauf la volonté des deux artistes d’étonner.]

1966 : en Avril, dernier numéro (13/14) de la revue Identités intitulé « La musique de la vie, l’événement happening » orienté vers Fluxus, avec un interview de John Cage et des témoignages de Steve Balkin, Claus Bremer, Giuseppe Chiari, Al Hensen, Dick Higgins, Milan Knizak, Jean-Jacques Lebel, Ben Vautier, Wolf Vostell. Première entrée éditoriale de Fluxus en français.

1966 : exposition Galerie A (Galerie privée, 35 rue de France) « Le Litre de Var supérieur rouge coûte 1F40 » avec Alocco, Ben, Bozzi, Brecht, Chubac, Dietman, Farhi, Mosset, Klein, Serge III Oldenbourg, Viallat, et happenings ou performances de Dick Higgins et Alison Knowles, Jeff Berner, G. Maciunas, D. Biga, Francis Merino… premier mélange Fluxus / École de Nice.

1967 : Première exposition École de Nice, Galerie Alexandre de La Salle, à VENCE (qui ouvrira son nouveau lieu à St Paul en 1974, avec « Dix artistes de l’École de Nice »: Alocco, Arman, Ben, Chubac, Farhi, Gilli, Klein, Malaval, Raysse, Verdet)

1967 : Décembre, « Le Hall des Remises en Question ». Participations réunies en une seule manifestation de toutes les tendances des avant-gardes présentes à Nice : Nouveau Réalisme, Fluxus et La Cédille qui sourit, débuts de la Peinture Critique…

1967. Création par Richard Monod, Antoine Ottavi, Michel Launay, Jean-Marc Levy-Leblond, Robert Jan, Nicole Paroldi, de l’association ACTES (Arts, Culture, Travail, Etudes, Spectacles) qui a compté jusqu’à 1500 adhérents. En 1970, après avoir favorisé la venue à Nice du CDN, se dissout en demandant à ses adhérents d’adhérer au Théâtre de Nice de Gabriel Monnet.

1968 : Le 3 avril, dans le journal Le Monde, une page signée Charles Vanhecke sous le titre Nice a commencé sa « révolution culturelle ». Sous-titres : La « rive gauche » des deux rives du Paillon, le dialogue permanent, Il faudrait un Jean Dasté, l’entreprise « Vaguants », Les projets d’ACTES… et de M. Maeght et Les guérilleros du théâtre populaire.

1968 : En février, Monticelli et Alocco, encouragé par Carmelo Arden Quin créent le groupe informel INterVENTION, qui organisera des rencontres et événements jusqu’en 1973, avec notamment Saytour, Viallat, Dolla et Miguel, Maccaferri, Charvolen, plus tard Isnard et Chacallis… Qui se réuniront dans le Groupe 70.

1968 : première peinture action - exposition en nature,« plein air » sur la Côte, Alocco, Chubac, Saytour et Viallat le 18 mai sur la plage (Hawaï plage, à Cannes) Dès son n° de juin dans la revue d’avant-garde milanaise « Bit » Daniela Palazzoli en rend compte en parlant des artistes comme « performers ».

1969 : En février, à l’École Spéciale d’Architecture (à Paris), exposition prè-Supports-Surfaces avec 5 « niçois » sur 7 participants : « La peinture en question : Alocco, Dezeuze, Dolla, Pincemin, Pagès, Saytour, Viallat ».

1969 : En juillet, à Coaraze, exposition dans les rues de Dezeuze, Saytour, Pagès et Viallat.

1969-1970 : Première saison du C.D.N. Théâtre de Nice dirigé par Gabriel Monnet.

1970 : 27 mars-12 avril, exposition INterVENTION Galerie A. de La Salle à Vence avec participation de Charvolen, Miguel et Maccaferri, et au cours de laquelle Isnard et Chacallis les rejoignant ; le Groupe 70 se constitue.

1971 : 21-28 février, « Une semaine au Présent », au Théâtre de Nice, avec une exposition Alocco, Ben, Dolla, Farhi, Malaval, un « Concert Fluxus », divers spectacles de théâtre ou musique.

1971 : en Juin, exposition Supports-Surfaces comme groupe à Nice (Théâtre de Nice, direction Gabriel Monnet) qui verra la rupture du groupe et sera donc la dernière manifestation du groupe Supports-Surfaces initial formé en 1970.

1972 : Inauguration de l’École d’Art à la Villa Arson, architecte Michel Marot.

1972 : au Théâtre de Nice, « Aspect de l’Avant-Garde en France » sélection Catherine Millet : Alocco, Ben, Barré, Boltanski, Dupuy, Filliou, Jacquet, Le Gac, Raysse, Sanejouand, Titus-Carmel, Venet, Viallat.

1974 : Théâtre de Nice, « Aspect de l’avant-garde en France 74 » sélection M. Alocco et R. Monticelli : J.F. Bory, Louis Chacallis, Max Charvolen, Hervé Fischer, Roland Flexner, Jochen Gerz, Vivien Isnard, Michel Journiac, Jean Mazeaufroid, Serge Maccaferri, Annette Messager, Martin Miguel, Gina Pane, Jean-Pierre Pincemin, Jacques Pineau, Thénot, Touzenis.

1974 : Ernest Pignon-Ernest intervient par un affichage de sérigraphies dans divers lieux en ville, contre le jumelage Nice-Le Cap.

1975 – 1996 : Claude Fournet, Directeur des Musées, réorganise et ouvre sur l’art contemporain les lieux institutionnels.

1976-1986 : Atelier Création CRIA, (Centre de Recherches et d’Interventions Artistiques) dirigé par le comédien et metteur en scène Jean-Claude Bussi. Avec le Théâtre du Pantaï, productions de spectacles et d’animations, travail expérimental d’interventions dans divers milieux, mais principalement avec l’Éducation, et dans l’animation de villages du Moyen et Haut-Pays.

1976 : Création de la Cinémathèque de Nice. Délégation permanente de la Cinémathèque Française, elle devient en 1991 un établissement culturel sous régie municipale.

1977 : février « A propos de Nice », organisée par Pontus Hulten et Ben (Vautier) exposition ouverte le jour de l’inauguration du Centre Pompidou, ce qui lui donne à l’événement une audience internationale…

1978 : Jean Étienne Mari implante à Nice le Centre International de Recherche Musicale (CIRM) qu'il a fondé à Paris en 1968. L'année suivante il lance le festival de Musiques Actuelles Nice Cote d'Azur (MANCA).

1979 : A côté de Galeries marchandes marquantes pour l’art contemporain comme, à Saint Paul, Galerie A. de La Salle devenue Galerie Guy Pieters, galerie Catherine Issert et à Nice, Galerie-Librairie Matarasso, Galerie Quadrige - Éditions La Diane Française, Studio puis Galerie Ferrero, Galerie Sapone, ouvertures de Galeries Associatives gérées par des artistes qui fonctionneront quelques années : Lieu 5, Calibre 33, La Caisse… La Différence, (de Ben Vautier) qui succède à son Laboratoire 32 et à sa Galerie Ben Doute de Tout.

1982 : Ouverture du Musée International d’Art Naïf, Château Sainte Hélène, à Nice.

1984 : Première exposition du Centre National d’Art Contemporain Villa Arson, présidé par Michel Butor et dirigé par Henri Maccheroni avec « Les écritures dans la peinture », suivie en 1985 par un vaste panorama « L’Italie Aujourd’hui ».

1984 : Ouverture du Palais des Congrès Acropolis.

1985 : La compagnie des Ballets de Monte-Carlo renaît en Principauté en 1985, dirigée par Ghislaine Thesmar et Pierre Lacotte. Jean-Christophe Maillot, conseiller artistique en 1992, en devient Directeur-Chorégraphe en septembre 1993.

1986: Création de la Foire d’art contemporain « Art Jonction », à Nice, (sauf en 1992/93/94 à Cannes) qui fonctionnera jusqu’en 2001, réunissant des galeries internationales, informant la région sur l’art vivant et donnant à l’extérieur l’image du dynamisme niçois dans les arts plastiques. Art Jonction-Le Journal deviendra un périodique, publié jusqu’en 2005.

1990 : 21 juin. Ouverture du Musée d’Art Moderne et d’Art Contemporain (MAMAC)

1992 : Ouverture du Château de Villeneuve à Vence.

1996-2011 : Ernest Pignon-Ernest commence avec "Roméo et Juliette" (Prokofiev) à travailler des scénographies pour les Ballets de Monte Carlo. Viendront ensuite "Cendrillon", (Prokofiev) 1999, " La Belle" (Tchaikovski) 2001, "Miniatures" (M.Ducret) 2004 "Le Songe" (Mendelssohn) en 2005-2006, "Daphnis et Chloé", (Maurice Ravel) en 2010.

1998 : Inauguration du Musée des Arts Asiatiques construit entre 1990 et 1994 à la demande du Conseil Général des Alpes Maritimes par l'architecte japonais I Tange.

1998 : Ouverture du Centre International d’Art Contemporain au Château de Carros.

1999 : Les salles et le théâtre de L’Artistique, cercle fondé en 1895 et installé 27 Bld Dubouchage depuis 1911, qui a joué un rôle important dans l’animation artistique à Nice jusqu’en 1952 au moins, rachetés par la Ville de Nice, devient en 1999 Le théâtre de la Photographie et de l’Image. La Salle, au cours des années soixante louée à des associations pour des représentations avait aussi été le lieu de Concerts Fluxus.

2001 : le 4 avril, inauguration de Nikaia Zénith, salle de spectacle de 9000 places. (Architectes, André Grésy et Serge Grésy).

2006 : Premier numéro de « performArts art visuel art vivant » magazine d’art, direction Christian Depardieu.