Disparition du trompettiste de Jazz François Chassagnite

PDFImprimerEnvoyer

L'émotion était palpable lundi 11 avril, lors de l'émouvant rassemblement des musiciens de jazz de la Côte-d'Azur et pour certains venus d'Italie de Toulouse et d'ailleurs pour saluer la dépouille de François Chassagnite, brutalement disparu à 55 ans, dans la nuit du 7 au 8 avril 2011 et pour lui souhaiter, en musique comme il se doit, un « bon » dernier voyage vers sa Corrèze d'origine...

 

chassagnite

Lors de ses concerts à la galerie Depardieu à Nice il nous avait envouté par ses interprétations personnelles et talentueuses des standards et de ses propres compositions. En quartet, avec le saxophoniste Selim Nini, en duo avec le guitariste Olivier Giraudo son fidèle complice, ou plus récemment en nous livrant un magistral hommage à Chet Baker avec qui il partageait une même approche de la musique.

chassagnite

De François nous garderons le souvenir d'un grand musicien, compositeur d'une extrême simplicité et d'une gentillesse exemplaire. Il avait fait des études de vétérinaire pour disait-il, « faire plaisir à ses parents » pour, aussitôt son diplôme en poche, se consacrer entièrement à la musique. La vie d'un musicien de Jazz, fut-il doté d'un aussi grand talent que le sien n'est certainement pas un long fleuve tranquille. L'on mesure la détermination, l'amour de la musique et le travail qu'il lui a fallu pour mener à bien une carrière qui l'a mené sur toutes les scènes de jazz, notamment avec l'ONJ dès 1986. Il a conquis l'admiration et le respect des nombreux musiciens avec lesquels il s'est produit qui le considèrent comme l'un des plus brillants trompettistes français, qu'il soit soliste des meilleurs big bang ou en petites formations, embrassant tous les styles : New Orléans, Bebop, jazz cool, jazz moderne, etc.

Nous n'oublierons pas les moments d'intense émotion musicale qu'il savait si bien nous faire partager.


Christian Depardieu