Anne-Sarah LE MEUR LUMIERE LIMITE

PDFImprimerEnvoyer

« Prendre conscience, c’est transformer le voile qui recouvre la lumière en miroir » Lao-Tseu

Les avancées technologiques au 20 et 21ème siècle ont permis aux artistes de trouver de nouveaux supports. Si le tableau est un des supports privilégiés pour créer une lumière, le langage de programmation devient pour Anne-Sarah un potentiel à exploiter pour mettre en valeur l’influence du processus informatique sur l’imaginaire. Elle travaille sur des lumières virtuelles au caractère abstrait.

Il existe en elle une dynamique nouvelle de la perception visuelle. Le rapport entre la création et le spectateur est original. Nous recevons en fait des vibrations organiques vivantes qui créent une relation inversée.

L’artiste part d’une lumière inversée, négative au sens technique du terme. Peut-on aller au-delà de la lumière noire ?

Les œuvres noir orange, les différentes Noireuses etc

Exposition

nous font plonger

dans ces trous noirs esthétiques qui nous ébranlent…

Dans un de ces fonds noirs vibrants ,( Noirange_59)

Exposition

Un œil est présent, énigmatique comme une lune abstraite dans Noireuse 93

Exposition

Elle peut aussi laisser des traces imperceptibles dans Noireuse00

Exposition

Dans ces surfaces ondulantes ( jaune_bleu_24) notre œil se perd et se retrouve…

Exposition

Les couleurs utilisées deviennent parfois violentes, parfois tendres comme une caresse (Temporose_205 ,Rosal _317)

Elles peuvent s’opposer, de véritables oxymores qui nous transportent dans un espace/temps renouvelé : Rusting_261 , Rusting_075

Exposition

Que les vibrations traversent.

Les créations de Anne-Sarah nous font penser au Vide et Plein de F.Cheng. Il existe en effet un souffle primal dans ces images. De l’utilisation subtile des techniques informatiques nait une dimension mystique à travers la présence d’une forme d’illumination mouvante.

« le Vide, écrit F.Cheng, …contribue à la densité du tableau d’où se dégage une impression de poignante inquiètude et en même temps de profond consentement. »

Nous sommes ainsi mus par la réceptivité de ces ondes vibratoires, de ces couleurs parfois oxymoriques.

Cette réceptivité première induit une co-naissance qui nous mène à un dépassement inattendu et à un rythme fondé sur une forme de nuage spirituel empreint de plénitude.

« Nuit, mère des Lumières

En son sein Lumière est »

F.Cheng

Lumière en ton infini toujours renouvelée

Je tresse l’or de la Vie

Nicole


Nicole Deleu, Le 21/09/2020

Anne-Sarah LE MEUR LUMIERE LIMITE

Exposition du 5/09 au 3/10/ 2020

Galerie DEPARDIEU

6 rue du docteur Guidoni - Nice