À MILAN, VINCENZO AGNETTI Autoportraits portraits – Écrire

PDFImprimerEnvoyer

Du 23 octobre 2019 au 18 janvier 2020, BUILDIND présente l’exposition Vincenzo AGNETTIAutoritratti Ritratti, Scrivere (Autoportraits Portraits – Écrire) Enrico Castellani / Piero Manzoni, et performances de Italo Zuffi avec pour commissaire Giovanni Iovane.

 

Exposition

Articulée en deux sections – Autoritratti Ritratti e Scrivere, (Autoportraits et Ecrire) – la manifestation se concentre sur une sélection d’œuvres qui comprennent non seulement ses célèbres « feltri » (feutres), mais aussi plusieurs autres travaux comme « Identikit » (1973) « Autotelefonata » (No) (1972) et « Elisabetta d’Inghilterra »(1976) – où l’artiste expérimente de manière originale le traitement du portrait – et le célèbre autoportrait Quando mi vidi non c’ero (1971) avec Il suonatore di fiori (1982) dernier travail inachevé.

Agnetti avait installé un partenariat culturel avec Enrico Castellani et Piero Manzoni, contribuant dans les années soixante à l’investigation critique de leurs œuvres artistiques avec des textes caractéristiques de son style particulier d’écriture, à mi-chemin entre analyse critique et poésie.

Exposition

Dans la cession intitulée Scrivere, (Écrire) seront donc présentées une sélection d’œuvres de Castellani et de Manzoni liées à la recherche de Agnetti, depuis la « Litografia originale » (1968), dans laquelle d’un côté (recto) est une œuvre de Castellani et de l’autre (verso) un texte avec diagramme de Vincenzo Agnetti. De Piero Manzoni nous trouvons inversement la « tavole di accertamento » et les « Linee », ainsi qu’une œuvre liée au thème du portrait, et aussi la « Base magica » (1961), modèle de «sculpture vivante» d’un évident caractère performatif.

Un aspect du projet d’exposition est aussi des performances de Italo Zuffi, crées par l’artiste à l’occasion de cette exposition, pour montrer en le soulignant l’aspect performatif de l’œuvre de Agnetti, une réflexion contemporaine sur les concepts de portrait et traduction.

Dans sa participation à cette manifestation BUILDING propose une extension publique de l’exposition dans la ville de Milan. Certaines des œuvres parmi les plus mystiques de Vincenzo Agnetti, comme « Ritratto di Dio » (1970) ou « Apocalisse » (1974) se verront exposées dans certaines salles du Cloître de Sant’Eustorgio.

(Tr. M. Alocco)

Vincenzo Agnetti, Autoportraits Portraits– Écrire

Du 23 octobre 2019 au 18 janvier 2020

Building, via Monte di pieta 23, 20121 Milan

Chiostri du Sant’Eustorgio, piazza Sant’Eustorgio 3, 20123 Milan