Brèves d’hiver

PDFImprimerEnvoyer

Franta poursuit sa tournée européenne

En 2018, la tournée des expositions a commencé en juin, à la saison des roses, dans le magnifique Prieuré Saint Cosme, à 3 km de Tours, prieuré qui fut la demeure du poète et chanoine Ronsard.

Puis pendant l’été, le musée qui lui est entièrement consacré à Trébic, République tchèque, a accueilli une exposition de ses oeuvres dans les collections privées tchèques.

L’exposition estivale chez Bogéna galerie à Saint-Paul de Vence s’est déroulée en parallèle de la première Biennale d’art contemporain de Saint-Paul.

Exposition

Puis il a fait une première incursion de l’autre côté de la Manche à la galerie Everard Read de Londres, en septembre au moment où se tenait la Foire d’art de Londres.

Du 7 décembre 2018 au 5 février 2019, il présentait des oeuvres sur papier au Musée de Reede d’Anvers. Ce musée d’art graphique réunit les oeuvres sur papier de Goya, Edward Munch et de Félicien Rops provenant de la collection de Reede. Franta ne cachait pas sa joie d’être en si bonne compagnie.

Et pour présenter son livre paru aux éditions Art absolument un petit tour à Paris à l’Espace Art absolument 11 rue Louise Weiss dans le 13e du 23 février au 16 mars 2019.

Et en 2019 ?

Exposition

Gérard Ellena arrête les expositions d’art singulier et de céramique à Falicon

La galerie Blanche de Falicon a fermé le 4 novembre 2018. Commerçant dans une première vie, collectionneur toujours, adjoint à la culture de Falicon, Gérard Ellena a mis pendant des années son énergie au service des artistes. Aidé par sa femme Marlène, il a réalisé 28 expositions d’art singulier (soit 164 artistes) et 10 expositions de céramiques contemporaines (soit 48 artistes) à Falicon, d’abord dans la galerie blanche, sur deux niveaux, à côté de l’église, là où est installée à présent la police municipale, puis à la chapelle des pénitents.

Exposition

Chaque année, Gérard Ellena partait en voiture chercher les oeuvres des artistes qu’il avait choisis jusqu’au fin fond de la France. Puis il s’occupait de l’accrochage, du vernissage et tenait la galerie pendant une dizaine de jours. Il repartait ensuite avec les oeuvres qui n’avaient pas été vendues pour les rendre à leurs propriétaires respectifs. Le vernissage était toujours un moment très agréable. On était assurés de découvrir de nouvelles oeuvres, choisies avec goût et conviction, de disposer d’une documentation sur les artistes, d’être reçus avec le sourire et un mot gentil, de retrouver des têtes sympathiques, et notamment les artistes du coin Serge Dorigny, Guichou, Claude Giorgi... avec qui on continuait à bavarder près du buffet (vin, pissaladière, tourte de blettes). Avec chaleur et bonhommie, Gérard a formé un cercle d’amateurs collectionneurs qui n’hésitaient pas à acheter des oeuvres, souvent très abordables. Les points rouges fleurissaient à Falicon.

Exposition

Exposition

Agnès de Maistre