Le festival Ruskoff et La Belle au bois dormant

PDFImprimerEnvoyer

Il était une fois un cirque…

 

Dans l’écrin du Théâtre National de Nice, le Théâtre-Cirque Krakatuk a réveillé la princesse Aurore. D’après La Belle au bois dormant de Charles Perrault, la création circassienne de Krakatuk révèle beaucoup de fraîcheur et d’esthétisme.

 

afficheMis en scène par le jeune Vasili Barkhatov, Avrora dévoile un univers poétique et onirique aux couleurs chatoyantes.. Illustré par une galerie de portraits issus des contes de fées, les personnages traversent la scène en voltiges, font des sauts acrobatiques, des vols planés. Jonglent. Balançoire russe, trampoline. La troupe d’une quarantaine de jeunes artistes de multiples disciplines, charme le public, danse, propose des scènes de vie, joue sur l’attente.
La fraîcheur et les couleurs des costumes de Maxim Issaev enchante, alors que règne la musique de Tchaïkovski. C’est du nouveau cirque, pas d’animaux mais en deuxième partie suivant le fil conducteur, une autre ambiance est évoquée. Les comédiens sont manipulés avec une sorte de grue aux pinces métalliques, placés dans une tour transparente, saisis par le corps ils tentent leur chance auprès de la belle, le prince réveillera malgré tout sa princesse qui aura cette fois quitté son costume de rêve. C’est un peu difficile de passer d’une période à l’autre, mais n’est ce pas le propre des contes de faire évoluer du rêve à la réalité ?


par Brigitte Chéry

TNN : Avrora, création mondiale le 8 janvier, du 8 au 10 janvier 2010