Théâtre National de Nice, deux pièces brûlantes d’actualité

PDFImprimerEnvoyer

adaLe Théâtre National de Nice a présenté pendant quatre jours, L’argent des autres avec une soirée en direct sur France 2. Il a plongé le public dans l’actualité brûlante du capitalisme contemporain avec cette pièce prophétique Other people’s Money de Jerry Steiner, ADA l’argent des autres, pièce écrite il y a une vingtaine d’années sur l’évolution du capitalisme.

Daniel Benoin et Linda Blanchet ont adapté et traduit le texte, l’action se passe en France, la distribution est prestigieuse : Michel Boujenah, Alexandra Lamy, Marie France Pisier, Pierre Vaneck, Daniel Benoin.

Un vieux chef d’entreprise du Massif Central, Daniel Vaneck fier de sa boite cotée en bourse, du personnel qu’il fait travailler s’affronte à un prédateur financier Michel Boujenah accro de la Bourse, homme d’affaires sans scrupule, qui surgit un jour dans son bureau pour faire une opération financière à court terme en faisant artificiellement monter les actions et sacrifier  la société, faisant fi des impacts sociaux.

De ce sujet grave il en ressort un divertissement où Michel Boujenah excelle tour à tour en homme d’affaires redoutable, féroce et calculateur et en séducteur enjôleur grossier et drôle, avec des faiblesses qui le rendent presque sympathique. Son discours aux associés en final est très convaincant.
Daniel Vaneck, interprète avec justesse le chef d’industrie qui a le tort d’avoir trop tardé à prendre sa retraite. Il est têtu et émouvant dans sa confiance aux actionnaires, dans sa volonté de vérité. Tous les schémas de la société actuelle sont représentés, joués avec précision. On assiste avec effroi à la glorification de l’argent, time is money, à la célébration des fusions et bonus et à la destruction des valeurs humaines.

Pour cela il faut des avocats, ici une avocate interprétée par Alexandra Lamy, excellente, dans le rôle d’experte d’un cabinet d’avocats spécialisé dans les actions de fusion/ acquisition. Elle est de la trempe du liquidateur. Le tableau ne serait pas complet si le directeur salarié et actionnaire interprété par Daniel Benoin ne voulait troquer son rôle de soutien de la société contre un parachute doré. On se laisse prendre au jeu des comédiens, parfois manipuler, les répliques sonnent justes, frôlent le ton de la comédie, le texte mène à la réflexion sur le drame de la mondialisation. C’est un spectacle très réussi, les comédiens sont excellents.

 

 

argent des autresLa mise en scène de Daniel Benoin est fluide et esthétique avec des rappels photographiques de lieux, vidéo et chants. Les décors de Jean Pierre Laporte tournent, passent des tristes bureaux de Fils et câbles métalliques aux bureaux du liquidateur à la Défense truffés d’écrans et de courbes d’actions.
L’argent des autres fait partie du diptyque consacré à la crise financière actuelle avec Le roman d’un trader de Jean Louis Bauer présentée juste avant au TNN (du 23 septembre au 17 octobre) mise en scène aussi par Daniel Benoin.
Le directeur du théâtre de Nice, annonçait ces deux pièces comme évidentes dans sa programmation, après septembre 2008, Il m’apparaît impossible de ne pas marquer ce fatal « premier » anniversaire, car il me semble que le théâtre est sans doute l’art le plus capable de se pencher sur ce type d’événement et d’en rendre compte avec ses moyens –y compris le rire- en évoquant réflexion et réaction chez le spectateur ;
On se souvient, Le roman d’un trader , première du diptyque , la pièce part des événements de septembre 2008 de l’affaire Kerviel et raconte le week end épouvantable d’un directeur général d’une grande banque qui apprend qu’un jeune trader a joué 25 milliards… Lorànt Deutsch se glisse dans le rôle du trader, joue un personnage aussi virtuel que le jeu auquel il s’adonne, tandis que tous cherchent à sauver leur peau. On assiste à une véritable panique en prise directe avec l’actualité.

On le savait depuis Molière l’argent sied bien au théâtre.

par Brigitte Chéry


TNN
Promenade des arts 06300 Nice
tel 04 93 13 90 90