Exposition Aki Kuroda "Cosmogarden"

PDFImprimerEnvoyer

L'exposition d'Aki Kuroda intitulée Cosmogarden, qui se tient du 24 mai au 16 juin à la galerie Depardieu à Nice, rassemble 32 œuvres de formats et de factures différents : peintures acrylique sur toile, sur papier, gravures, etc...

Dès son entrée, le visiteur se trouve entouré d'œuvres puissantes, aux couleurs chaudes, le jaune domine. Une impression fortement positive et dynamique se dégage de l'ensemble.

Le plus étonnant ce sont ces autoportraits dont la force du trait dégage à la fois une expression de mouvement et de maîtrise d'un équilibre, fruit de sa longue expérience.

Exposition

Les œuvres dépassent la toile ou le papier et nous entraînent dans ce cosmos en constant mouvement, ce jardin sans cesse renouvelé par l'artiste.

Il faut souligner la continuité des formes et des symboles dans toute l'œuvre d'Aki Kuroda. Ses créations en sculpture, photographies, peintures, installations (par exemple la Parade pour Angelin Preljocaj pour l'Opéra de Paris en 1993) ont souvent pris de multiples formes, parfois en très grand format. Ses fructueux échanges avec des philosophes et des écrivains (Marguerite Duras, Michel Foucauld, Pascal Quignard, entre autres) sous-tendent cette grande variété de motifs et de dessins, pourtant tous d'un même sang.

En les contemplant, on peut se référer au principe d'indétermination d'Heisenberg*. Cette absence d'arbitraire, cette incertitude, ce mouvement, c'est bien ce qui se retrouve dans toute l'œuvre d'Aki Kuroda.

Exposition

Suprême éloge pour un artiste de cette importance et ayant un parcours aussi riche et complet, lors du vernissage plusieurs visiteurs nous ont déclaré avoir retrouvé dans cette exposition leur âme d'enfant.

Christian Depardieu

*Un des physiciens créateurs de la mécanique quantique. Ce principe, énoncé en 1927, affirme que la détermination de certains couples de valeurs de physique classique, par exemple la position et la quantité de mouvement, ne peut se faire avec une précision arbitraire.