Enchères a Cannes le 30 décembre Besch Hotel Martinez. Des Impressionnistes aux contemporains

PDFImprimerEnvoyer

Voila une journée intéressante, qui fera à coup sur le bonheur des passionnés de Dufy, Rodin, Morissot, pour ne nommer que les géants. Sur la première page du catalogue vous pouvez déjà mettre votre argent (combien ? Les prix ne sont pas mentionnés) sur Renoir, Valtat, Léger, Modigliani, Cocteau, Renoir, Van Dongen, Foujita. Seul Femme avec fleur de Fernand Léger et Versailles de Raoul Dufy retiennent l'attention, ce dernier avec un tableau à dominante bleu, signature d'un Dufy en grande verve.



Charles Malle nous offre une vue animée de de la plage de Villerville en Normandie, à l'époque ou les costumes de bains couvraient tout, sauf les orteils. Les Grands Boulevards d'Eugène Soules, d'un gris sombre avec seul quelques passants et un ciel nuageux dégage un air bien mélancolique. Une huile d'Ossip Lubitch Pontoise, rue animé en couleur mates, avec seulement trois personnages remet le titre de rue animée en question ! Dora Maar est représentée par une seule toile, une huile Le Campement, paysage du Vaucluse ou elle s'était retirée et remise à peindre, après avoir quitté Picasso. Cette toile est remarquable par l'allure mystérieuse du personnage, un peu à la Carmen de Bizet. Dora Maar est actuellement redécouverte. Ses admirateurs vont probablement mener une petite guerre pour l'acquérir.

Un (seul) portrait de Jean Jacques Henner Jeune femme rousse. Ce maitre de sfumato et chiaro scuro est captivant et devrait déclencher lui aussi un combat de mains levées. Pierre Ambrogiani a presque toute une page de dessins, d'huiles ; il a les couleurs de Dufy et le coup de crayon de Cézanne, sans avoir grimpé aux mêmes sommets Un petit port Saint Sevran de Paul Signac nous mène en grande ligue suivie par un un port sombre et glacial de Bernard Buffet et d'une huile sur toile de Vlaminck. Le dernier est un chef d'œuvre ou les arbres noir et dénudés contrastent avec un linceul de neige et une blancheur des cieux. Quelle emprise sur la nature !

Suit une page entière de Dufy ; des bouquets noir, des bouquets de jacinthe, des perruches dans les feuillages puis une aquarelle de Berthe Morisot en pleine campagne, paysage de pâturage, suivis par Picasso Minotaure caressant une femme, gravure à l'eau forte ; on est tout au début des larges volumes porno qui ont peuplé l'imagination du vieil espagnol, porte roi de la peinture du xx° siècle. Louis Valtat, fauviste, est représenté par deux huiles : femme assise lisant et vase de fleurs. Encore un Berthe Morisot Le bain, sanguine signée quoiqu'un peu effacé.

Un Vuillard nous montrant madame Vuillard en conversation avec une jeune fille. C'est un pastel qui n'est pas l'un des plus réussi de ce maitre.
La Rochelle par Paul Signac ; belle aquarelle de cet impressionniste, qu'on ne voit pas assez dans les ventes et dans les grands musées.
Une femme au tube, dessin au fusain par Degas, bien avant qu'il ne s'intéresse aux jeunes danseuses gracieuses. Et puis encore des Dufy ; des chevaux, aux courses, palefreniers, scènes du port, des fleurs des champs, composition abstraite. Il ne sera pas étonnant de voir un club Raoul Dufy a la fin de ces enchères. On finira avec les artistes locaux : deux bronzes d'Arman ainsi que deux bronzes de César qui trouveront preneur si on se tient aux dernières vente de l'hôtel Drouot. Notons encore un Vasarely, toute une page de Buffet et puis deux Damien Hirst. On aurait pensé que sieur Damien Hirst, super star de l'art contemporain, ne serait mis en vente que chez Sotheby ou Christie. Erreur ! Les super riches vont se disputer une encre sur papier et une lithographie (crâne recouvert de diamants, spécialité Hirst) même à Cannes !

Pour conclure, le roi de la peinture (Picasso) en couverture Profil d'homme barbu plat en terre de faïence blanche, devrait faire bonne fortune.
Donc un après midi très mouvementé riche de trésors inédits. On attend la foule, à pied, et surtout en Mercedes et en Rolls Royce.


par Peter Hermes