Le peintre MICHEL GENTIL EXPOSE au TOURSKY

PDFImprimerEnvoyer

Rien mieux qu’un théâtre pour accueillir l’art sous toutes ses formes : ‘Le théâtre est à la fois la représentation d’un drame, d’une comédie, d’un genre littéraire en particulier et l’édifice dans lequel se déroulent les spectacles de théâtre.’ A fortiori la peinture y a une place de choix. Entrer au Théâtre Toursky, côtoyer l’artiste, admirer ses tableaux, c’est aussi pénétrer dans un lieu de métissage culturel et fraternel unique à Marseille, où son directeur, Richard Martin, et son équipe, proposent des spectacles prestigieux et rares, des expositions, des festivals.

 

Venir au Théâtre Toursky, pour le Vernissage de l’exposition des peintures de Michel Gentil est, pour les néophytes en la matière, la meilleure façon de comprendre l’abstrait : Non-figuration, couleur, espace abstrait. Pas de paysage, pas d’objet représenté dans ses tableaux.

Michel Gentil donne à voir, à ressentir des émotions et c’est par la couleur qu’il y parvient. Elle est le support essentiel qui provoque l’émotion, l’élément de base d’un système expressif de contrastes, d’accords, de ruptures qui, dans leur richesse, la justesse de leurs rapports, peut créer un espace expressif abstrait et ainsi provoquer cette émotion essentielle sans laquelle il ne vaut pas la peine de peindre.

Exposition

Symphonie de couleurs

C’est l’impression qui se dégage de ses tableaux. Elle correspond sans-doute à ce qu’il aimerait apporter : une vibration, un espace abstrait qui lui est cher et qu’il essaie de définir en peignant :

Dans chaque nouveau tableau -dit-il- je cherche à retrouver cette émotion d’un espace, d’une totalité qui est peut-être chez moi le thème de ma peinture. Je cherche un espace expressif abstrait (une émotion au sens plein) qui m’est particulier mais que j’ai rencontré chez les grands peintres et qui, pour moi, est la définition même de la peinture. Chaque tableau terminé est un petit pas vers la définition de cet espace expressif abstrait. Pour chaque nouveau tableau je dois redéfinir, retouche par retouche, cette expression essentielle de l’espace expressif abstrait. Il n’est pas possible de l’exprimer autrement que par la peinture, en peignant. C’est l’essence de la peinture, sa difficulté et sa justification. »

Les tableaux de Michel Gentil agissent comme un aimant. Au premier abord, si on n’est pas immédiatement conquis (j’ai vu des coups de foudre paralysant les individus sur place), on est agréablement surpris par l’ensemble de ces touches multicolores, motifs répétés, juxtaposés, cognés, s’attachant à trouver leur place dans un monde chamarré. Cherchent-ils à échapper à une perversion ou bien, serrés l’un contre l’autre, aspirent-ils plutôt à un bien-être ? Ont-ils atteint le paroxysme du bonheur ? Encore et toujours de la figuration ! Difficile d’échapper à ses automatismes. Un aimant. C’est cela même. On recule, on se rapproche, quelques pas… On revient, attiré automatiquement, comme aspiré.

De l’abstrait ? Sans doute… De l’émotion ? Sûrement !


Danielle Dufour-Verna


Exposition du 3 novembre au 4 décembre 2017

Commissaire de l’exposition : Jean-Pierre Cramoisan

Ouvert du lundi au vendredi de 10h à 20h

Et le samedi de 10h à 21h (les jours de spectacle uniquement)

VERNISSAGE Samedi 18/11/2017 18h30

Théâtre Toursky 16 Promenade Léo Ferré 13003 MARSEILLE (Parking à 3mn à pied)

Téléphone : 04 91 02 58 35