Hadra Festival le retour...

PDFImprimerEnvoyer

C'est avec beaucoup d'enthousiasme et de ferveur que les festivaliers, adeptes de la musique trance, ont de nouveau foulé le dance floor de l'Hadra en cette fin d'été 2016. Après deux ans d'absence, l'association Hadra, plutôt habituée à ses montagnes du Vercors, a choisi d'installer son festival pour fêter ses 15 ans, au bord du plan d'eau de Vieure dans l'Allier(03).

 

Festival

Un festival plus intimiste qui ne compte que 6000 chanceux cette année (les places sont parties en deux semaines), mais il est toujours aussi éclectique et les festivaliers, qui viennent des quatre coins de la France et de l’Europe, se retrouvent ici pour faire la fête et échanger, dans un réel moment de convivialité et de partage, rythmé par les sons enivrants de la musique électronique.

On découvrait donc, dans ce sympathique décors, une organisation de l'espace bien connue des festivals.

Un grand parking camion ou se retrouvent tous les travelers et ou chacun crée son campement afin de se retrouver par moment plus au calme.

Un camping pour ceux qui sont venus en voiture, ou se déploie une marée de tentes à la disposition plutôt anarchique.

Et enfin le site du festival au bord du lac, malencontreusement inaccessible pour cause de pollution, ce qui était plutôt dommage avec la chaleur presque inattendue de cette fin d'été.

Festival

Sur la scène principale dédiée, à la musique psytrance la nuit et à la musique full on ou progressive la journée, un gros arbre en lycra nous protège du soleil et un mapping nous hypnotise dès la nuit tombée. Durant 50h non stop les dj se succèdent pour faire danser un public plutôt vite conquit par cette nouvelle édition.

On retrouve dans la programmation les nombreux artistes du label Hadra record comme Driss, D_Root, Kokmok, le groupe Secret Wibes pour l'ouverture du vendredi mais aussi d'autres artistes français et internationaux comme Dreamstalker (Russie), Vertical Mood (Tel Aviv). De quoi ravir les oreilles averties du peuple qui danse.

Plus loin, se trouvait le Chill Out, favorable au repos par moment et plus dansant par d'autres, il est une alternative à la scène principale quand celle-ci se déchaîne trop pour les corps ou les oreilles fatiguées.

On peut y écouter des musique toujours rythmées mais plus calme comme le groupe Opale (with Askata) ou encore le Dj Wacamolo et bien d'autres...

Festival

Afin de restaurer entre deux pas de danse le festivalier, un grand nombre de food truck et de petits restaurants offraient, pendant ces quelques jours, un large choix de nourriture du monde et/ou végétarienne.

On pouvait également flâner le long de l'allée dédiée au shopping pour découvrir les nouvelles tendances festivalières des différentes marques de créateurs internationaux. Car si le festivalier mise surtout sur le pratique et le décontracté, il n'en oublie par pour autant le style. Les matières, les couleurs et les coupes sont plutôt représentatives d'un mouvement issu des années hippies.

Beaucoup adoptent le déguisement et laissent libre court à leur créativité afin de retomber, le temps d'une journée ou d'un week-end, en enfance.

On repart des souvenirs pleins la tête remplie de nouvelles découvertes musicales.

Un festival qui peut se féliciter d'une bonne organisation, d'une programmation pointue et d'un groupe de bénévole motivés.

L'Hadra change de décor mais pas de paradigme...

Elsa Depardieu