Centro PECCI nouveau. à Prato, Italie.

PDFImprimerEnvoyer

Le Centro Pecci, construit en 1988, à une vingtaine de kilomètres de Florence, à Prato, était à l’époque la première institution italienne construite pour promouvoir la recherche artistique. C’était aussi un rare exemple en Italie de collaboration du privé et du public. Une vaste extension en forme de vaisseau spatial conçue par Maurice Nio et intitulée « Sensing the Waves», donne davantage d’espace œuvres exposées. La collection, avec un millier d’œuvres, est assez semblable à celles de la plupart des musées d’art contemporain européens, si ce n’est que les artistes italiens y sont mieux représentés.

 

Bien sûr, comme c’est le cas partout pour les bâtiments destinés à montrer l’art contemporain, l’architecture semble davantage conçue pour mettre en valeur l’ego du concepteur que pour favoriser le fonctionnement de l’outil. La forme en objet spatial favorise sans doute la perception publicitaire du lieu, mais la construction n’étant pas, peut-on espérer, destinée à s’envoler n’est pas d’une nécessité évidente dans la mise en exposition des œuvres et le fonctionnement des espaces utiles. L’évocation d’une structure « soucoupe volante » connote plutôt l’idée du futur qu’avait le milieu du vingtième siècle qu’une vision du présent vingt-et-unième.

Lieu

Comme l’a été notre Centre Pompidou, qui fut inauguré il y a 40 ans, en janvier 1977, le Centro Luigi Pecci, est conçu comme un centre culturel autour du musée. Les 10.000 m² disponibles logent bien sûr des archives et une bibliothèque spécialisée (plus de 50.000 volumes) mais aussi des ateliers et des salles de réunion, un théâtre en plein air de 1000 places, auditorium-cinéma de 140 places, un espace de performance, une librairie, un pub et un restaurant. Au cœur de la Toscane, Prato, Florence, et Sienne offrent maintenant un panorama unique de l’art du treizième siècle jusqu’à l’art moderne et contemporain.

Pour l’ouverture de son nouvel espace, le Centro Pecci propose jusqu’au 19 mars 2017 une exposition intitulée « La fine del mondo », (La fin du monde) et une série d’activités concernant aussi bien la musique, le cinéma, que la la danse et le théâtre.

(Informations : www.centropecci.it

Marcel ALOCCO