L’art du marché de l’Art de Marie Maertens

PDFImprimerEnvoyer

Que le marché de l’art soit en question n’est pas une surprise, surtout quand  « Le marché » est mis encore plus en question au prétexte de « la crise ». André Rouillé (sur paris-art.com), ce n’est pas hasard, en faisait début novembre son sujet d’intervention.

Pourtant rien de bien nouveau, sinon l’hypertrophie de la chose, et son hyper médiatisation jusqu’à récemment flatteuse : nous savons, clairement depuis au moins un siècle (les impressionnistes, Gauguin, Van Gogh…) que les valeurs esthétiques et les valeurs marchandes n’appartiennent pas aux mêmes critères d’appréciation. Plus le collectionneur est ignare (et riche), plus ces valeurs divergent.

couverture

Lorsque les marchands parlent (l’auteur publie longuement leurs propos) nous entendons clairement que l’artiste n’est plus qu’un producteur : on choisit le plus visible, le plus rentable… L’art n’est considéré que comme matière. L’exposé traduit la confusion de la situation : ce sont les marchands, les galeries qui font les artistes alors que naguère le dialogue était d’abord entre pairs, puis avec la critique.

Dans ce livre l’approche est celle du titre, un tableau de sociologie de l’art où l’esthétique et l’histoire ne sont que fantômes rapidement croisés. Journalistique, c’est-à-dire rapide et forcément superficiel, ce court ouvrage donne l’apparence des faits, transmet des témoignages, mais manque de la profondeur historique qui permettrait une critique mieux fondée de la situation. Nous avons connu des bulles, des crises, des carrières brillantes tombées aux oubliettes et d’autres confirmées. Le recul permet des réparations étonnantes. En l’état, cet écrit permet tout de même d’engager une réflexion, sur les vérités de la création, sur l’acte de collectionner, sur l’étrange complexe d’infériorité que développent les institutions et les amateurs d’art contemporain à propos des artistes français.

par Marcel Alocco

L’art du marché de l’Art de Marie Maertens
Éditions Luc Pire (Collection QUE)
Bruxelles 2008
www.lucpire.eu