Conversation entre Jean Mauret, verrier et Joël Frémiot, peintre

PDFImprimerEnvoyer

Ils sont deux. Ils sont artistes. Jean Mauret est verrier, Joël Frémiot est peintre. Ils se connaissent depuis longtemps et sont devenus complices. Leur cheminement est, à la fois, proche et différent. L’un crée des vitraux et leur redonne parfois vie. Il mêle malicieusement à la transparence du verre la palette des couleurs. L’autre réalise des toiles sur des supports qui, justement, ne sont pas des toiles. Une quête permanente du relief et de l’aspérité sur d’improbables trames.

 

 

Evénement

Jean installe, emprisonne ses teintes dans les pourtours noirs du plomb qui dessinent le vitrail. Joël s’amuse, lui, de ses larges traits noirs qu’il agrandit à l’infini et qui deviennent graphisme. On pourrait penser que Jean et Joël cheminent tranquillement l’un à côté de l’autre. Ce serait mal les connaître. Curieux et respectueux de leurs recherches réciproques, ils eurent un jour envie de confronter leurs travaux en se disant : « Et si, après tout, nos univers n’étaient pas si éloignés que cela ? » Ils réalisèrent alors l’exposition « Traversières » présentée à la Grange aux verrières à Saint Hilaire en Lignières. Tout ça commença, nous disent-ils, par un échange épistolaire, comme pour mieux se rapprocher encore l’un de l’autre. L’exposition permet à Jean d’utiliser plus que jamais la transparence dans ses oeuvres et à Joël de sauter judicieusement d’un support à l’autre. Ils se renvoient couleurs et lumières. Ils se jouent aussi l’un de l’autre dans ces propositions artistiques partagées. Leurs oeuvres se répondent et se renvoient ironiquement les unes vers les autres. C’est une invitation au voyage pour percer l’intimité de deux belles personnalités.

La conversation entre Joël et Jean sera l’occasion d’aller encore plus loin dans la complicité de nos deux artistes. Comment cela a-t-il commencé pour l’un et pour l’autre ? Que cache cette quête permanente de la lumière et des couleurs ? Qu’est-ce qui est à l’origine de leur amitié complice ? La parole ira de l’un vers l’autre et inversement. Une parole tranquille, sincère pour le plus amical des « marivaudages ». Elle permettra d’amener le public dans l’intimité de deux personnalités que tout pourrait opposer mais qui sont, au contraire, si proches l’une de l’autre. Cette parole se libèrera au coeur même des oeuvres exposées comme autant de témoins attentionnés.


Georges Buisson


Conversation entre Jean Mauret et Joël Frémiot

Dans le cadre de l’exposition « Traversières »

Dimanche 25 octobre 16 h

La grange aux verrières Centre bourg 18160 Saint-Hilaire-en-Lignières