No-made, ou la création en mouvement

PDFImprimerEnvoyer

Depuis dix ans, no-made convie les promeneurs et le public à deux rendez-vous annuels, l'un dans le jardin de la villa Roc Fleuri à Cap d'Ail, l'autre à l'Arboretum de Roure. Il invite aussi à quelques échappées belles dans des lieux destinés à la destruction comme le gymnase de Cannes, la voie déferrée de Cap d'ail, un appartement de Monaco, ou à Nice dans ce lieu enchanteur qu'est le Campus de Valrose de la Faculté des Sciences de Nice Sophia-Antipolis.



HeyligersSi le printemps revenait, sa dernière mise en scène hivernale au parc Valrose, avait enthousiasmé visiteurs, étudiants, professeurs et chercheurs. Le thème a permis non seulement aux artistes, peintres, sculpteurs et plasticiens d'éveiller avant l'heure le site d'une des plus belles propriétés de la Riviera, mais aussi d'interpeller les visiteurs, de stimuler leur imagination et aussi de créer un lien étroit entre arts et sciences.

 

Voici, à découvrir en cette fin d'été, Champ libre édition no-made 2010, dans le jardin de la Villa Roc Fleuri à Cap d’Ail (*). Située sur le sentier littoral du cap, proche de la Pointe des douaniers, Roc Fleuri offre une promenade agréable avec une végétation locale et une belle palmeraie, propriété de la famille Cottenot, ouverte seulement à certaines périodes. Une trentaine d'œuvres s'intègre au paysage, suivant les critères de no-made. Il n'y a pas d'accrochage traditionnel, ni de cimaises, pas de socle pour les sculptures. Chaque artiste a choisi son emplacement et réalisé un travail en fonction de cet espace. Pour que les œuvres supportent les intempéries et puissent rester exposées quelques semaines, voire plusieurs années comme à Roure, les peintres font généralement le choix de créer des installations ou des mises en volume. Les sculpteurs changent leurs habitudes, choisissent des nouveaux matériaux. Viallon Tous les intervenants repoussent les limites de leurs recherches et leur créativité. Donc pas non plus de support photographique, Jacques Saquet présente de ce fait une installation qu'il nomme «mieux que les ogm» ; Béatrice Heyligers, photographe et réalisatrice, un travail en volume «Roue libre» avec une recherche sur des effets de miroirs en plongées. Il n'y a pas de présentation de peintures accrochées, alors Michèle Kleijnen sort ses poissons de leur milieu aquatique, Héléna Krajewicz, qui était peintre à l'origine, travaille depuis plusieurs années sur des mises en espace avec R. Rowlands. Ils jouent ici avec la végétation et la lumière et offrent une œuvre «Liberté» toute en transparences, pleine de poésie et de joie de vivre.


KrajewiczOn vient de loin pour participer à no-made : d'Allemagne comme le sculpteur Franz Stähler qui a accroché un superbe drapé dans les arbres ; de Corée comme Lee Sungkuen, avec de poétiques soucoupes suspendues dans l'espace ; ou de la Villa Arson comme Maryline M'Gaïdes qui expose ses sex toys de céramique sculptés «au feu brûlant de la cheminée». D'autres oeuvres d'artistes sont à découvrir comme l'étrange et malicieux «Latécoère» de Denis Dollé et Jérémie Dancel. Signalons Anne Sophie Viallon et les captures de ses fils d'araignées, dans les feuillages ; «Les carottes sont cuites» de Denis Gibelin ; le poétique «Chut d'eau», de Laurent Lassource ; ou le livre aux lettres éclatées, « Rerum vulgarium » fragments de Maria Amos. Et encore «Autopsie d'un assassin» de Roland Moreau, les travaux de Cathie Cotto, de Paul Stapleton, de Jean-Pierre Joly, d'Etienne Borgo ou la sculpture « L'automne de Botticelli» de Véronique Champollion. Cette plasticienne a travaillé la résine, la fibre de verre pour réaliser une sculpture généreuse, alors qu'elle utilise souvent le papier enduit ou des matériaux périssables.


Gibelin

C'est un défi posé ici comme pour chacune des interventions. Les artistes de ce groupe sont de toutes origines et leurs travaux de factures très différentes. Pourtant, suivant les lieux qu'ils découvrent et investissent et le thème très large choisi, il se dégage une certaine homogénéité. Ce sont des thèmes comme « jardin, dehors, toucher, secret, qui ont toujours à voir avec le territoire, la frontière, les limites» explique Héléna Krajewicz créatrice de l'association avec Denis Gibelin. Tous deux, actifs et généreux, veillent à garder un certain éclectisme parmi les artistes. Ils sont très attachés aux conditions particulières d'exposition des œuvres et toujours à l'affût de nouvelles interventions dans des lieux non destinés à l'art.

SungkuenÀ Roure le 10 octobre prochain, le collectif présentera une nouvelle mise en espace champêtre à l'arboretum. No-made a ses fidèles du lieu un peu sauvage, des artistes qui aiment s'y retrouver, travailler ensemble pour cette nature. Pour la première fois Christian Fulchéri et Bernard Conforti vont participer à ce rendez-vous. L'un va vers la création plasticienne, l'autre travaille la sculpture. Avec deux à trois expositions chaque année, no-made, riche de son expérience humaine et de son originalité artistique, se prépare à vivre d'autres aventures dans la région et à l'étranger.

par Brigitte Chéry

(*) Du 4 au 28 septembre 2010 de 14h30 à 18h30 tous les jours br/> Dans le jardin de la Villa le Roc fleuri 23 avenue du Docteur Onimus
Chemin du littoral Cap d’Ail. Avec la participation et le soutien de la Mairie de Cap d'Ail

Liste des artistes participant à l'exposition "Champ libre" à Cap d'Ail
Maria Amos - Lara Gouillon - Lorenzo Biagi - Etienne Borgo - Gilbert Casula - Véronique Champollion - Cathie Cotto - Louis Dollé /Jérémie Dancel - Sally Ducrow - Frédéric Falsetti - Marjorie Gaggino - Denis Gibelin - Béatrice Heyligers - Jean-Pierre Joly - Michèle Kleijnen - Héléna Krajewicz/Rob Rowlands Laurent Lassource - Lee Sungkuen - Marie-France Lesné - Maryline M'Gaïdes - Roland Moreau - Nadège Pagès - Jacques Saquet - Franz Stähler - Paul Stapleton - Sophie Taam - Anne Sophie Viallon - Katia Vonna Beltran