Jean-Pierre Giovanelli / CHINA 

PDFImprimerEnvoyer

Préambule

L'artiste français Jean-Pierre Giovanelli met en scène China I COLORI DEL RISO, esthétiquement, avec la poétique qui le caractérise par ces symboles, ces métaphores, ces archétypes qui sont, toujours juste et frappants China Food/Nourriture chinoise.

 

Les protagonistes de l'exposition sont le Pu-Tai et le riz, dont les Chinois sont les premiers producteurs et consommateurs.

Il n'est ni blanc, ni noir, comme celui que l'on servait à la table de l'Empereur.

Ni blanc ni noir, donc, mais rouge ! Rouge comme un drapeau, une idéologie, le sang, la révolution communiste , la passion, le désir ?.

L'installation puissante, provocatrice, ironique et sacrale tout à la fois porte le  titre  de China Food qui laisse entendre que l'Occident pourra devenir la nourriture de la Chine.

Exposition

Pu-Tai ou Budai, qui rit et repose sur le drapeau des États-Unis qui entoure une besace pleine d'argent, métaphore de l'abondance et du succès : cette richesse fait de lui un triomphateur incontesté.

La longue marche, une toile d'un mètre et demi de hauteur sur trois de longueur, entre en résonance avec l’œuvre précédente en instaurant un contraste avec elle : la multitude des révolutionnaires qui avance contre l'ennemi y est représentée par des grains de riz qui se colorent progressivement en rouge, symbole du Communisme. Sur la gauche domine la figure, en noir et blanc, de Mao, coupé en deux verticalement.

Underground/Monnaie pour l'Enfer, sur un panneau  recouvert de riz rouge, présente la monnaie donnée en offrande, pour le passage du monde des vivants à l'outre-tombe, et censée garantir  l'accès à l'immortalité paradisiaque.

Un des moments forts de l'exposition est représenté par la vidéo extraordinaire Mao sings the Blues!, dans laquelle la figure de Mao se colore d'une humanité et d'une empathie profondes, en reprenant les notes du spiritual afro-américain Go down, Moses/Descends, Moïse, chanté par Louis Armstrong .vidéo-projection sur un globe de riz blanc suspendu au-dessus d'une pyramide de Baguettes, l'ensemble entre deux parois, format un angle, revêtu de soie rouge évoquant le célèbre petit livre.

La vision métaphorique/symbolique/allégorique se nourrit de l'image d'une Chine qui joue un rôle primordial dans la géopolitique de la planète, d'un Empire du Dragon dont les hypothétiques pieds d'argile seraient simplement des projections d'un Occident cherchant à se rassurer tout seul.