Festival In & Out par Carine Filloux - Regarding Susan Sontag

PDFImprimerEnvoyer

Index de l'article
Festival In & Out par Carine Filloux
Interview Benoît Arnulf partie I
Interview Benoît Arnulf partie II
Interview Benoît Arnulf partie III
Of girls and horses
Le chanteur
Broken Gardenias
Je suis Annemarie Schwarzenbach
Stand
Regarding Susan Sontag
Vivant !
The Punk Singer
Guilda, elle est bien dans ma peau
Palmarès
Toutes les pages

 

Regarding Susan Sontag
Etats-Unis, 2014
Réalisation : Nancy Kates


Documentaire sur la vie et l’œuvre de l'essayiste, romancière, réalisatrice et activiste américaine Susan Sontag.

 

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

"J'aime être en vie." C'est avec cette citation que commence le documentaire de Nancy Kates sur l'inépuisable Susan Sontag. Inépuisable car en une vie, elle donne l'impression d'en avoir vécu plusieurs. Elle a pour sûr commencé tôt. A trois ans elle sait lire, commence à six ans à écrire, elle entre à l'université l'année de ses 15 ans, trouve en Pickwick, une "vraie" librairie - à sa mort sa bibliothèque comptait 25 000 volumes, elle se marie à 17 ans et devient mère à 19. Elle était impatiente de grandir, de découvrir la vie et de s'y frotter, prenant déjà la mesure de son inextinguible soif de savoir, de vivre. A travers des photos, des images d'archives, des extraits de ses livres lus par la comédienne Patricia Clarkson, de nombreux entretiens avec elle, sa soeur, ses anciennes petites amies - dont la chorégraphe Lucinda Childs, l'actrice Nicole Stéphane ou la photographe Annie Leibovitz - son dernier grand amour, des écrivains, amis, la réalisatrice présente les différentes facettes de cette femme qui a marqué l'histoire. Ses livres se sont vendus à des millions d'exemplaires, son essai "Sur la photographie" est une référence en la matière, et pourtant elle est peu connue du grand public. "Mon désir d'écrire est lié à son homosexualité. J'ai besoin de cette identité comme d'une arme pour répondre à celle que la société a contre moi. Je commence juste à réaliser à quel point je me sens coupable d'être queer." Même si elle a toute sa vie été très discrète sur ses choix sexuels, passant des hommes aux femmes au gré de ses désirs. Susan Sontag était une femme magnifique, très photogénique, consciente du pouvoir de son image mais pas au service de sa vie privée. Ses revendications étaient ailleurs. Elle a ainsi entretenu une relation amour-haine avec les Etats-Unis, où les critiques étant aussi nombreux que les admirateurs, surtout après les attentats du 11 septembre où elle a pris position contre la politique extérieure menée par son pays. Elle était notoirement contre la guerre et s'est engagée à l'époque du Vietnam ou encore à Sarajevo où elle a monté une pièce de théâtre, "En attendant Godot" de Samuel Beckett, sous les bombes. En tant qu'écrivain il était de son devoir de se positionner, d'être dans la controverse. Tous les actes étaient politiques pour celle qui n'hésitait pas à dire que "la race blanche est le cancer de l'humanité." Elle a aussi beaucoup écrit sur la maladie, que ce soit le Sida ou le cancer qu'elle a combattu personnellement trois fois. "Je me sens comme la guerre du Vietnam" disait-elle à propos de la lutte de son corps contre cet ennemi invisible bombardé à coup de chimiothérapie. Malheureusement la troisième attaque fut la dernière et "la mort est finalement devenue une réalité." Susan Sontag avait 71 ans et encore beaucoup de choses à dire.

En compétition pour l'Esperluette du meilleur documentaire des 7ème rencontres cinématographiques In&Out, du 30 avril au 9 mai 2015 - http://www.inoutfestival.fr/