Festival In & Out par Carine Filloux - Je suis Annemarie schwarzenbach

PDFImprimerEnvoyer

Index de l'article
Festival In & Out par Carine Filloux
Interview Benoît Arnulf partie I
Interview Benoît Arnulf partie II
Interview Benoît Arnulf partie III
Of girls and horses
Le chanteur
Broken Gardenias
Je suis Annemarie Schwarzenbach
Stand
Regarding Susan Sontag
Vivant !
The Punk Singer
Guilda, elle est bien dans ma peau
Palmarès
Toutes les pages

 

Je suis Annemarie Schwarzenbach
France, 2014
Réalisation, écriture : Véronique Aubouy
Avec : Julia Perazzini, Nina Langensand, Mégane Ferrat, Pauline Leprince, Valentin Jean, Marion Ducamp, Stephen Loye


Un casting est organisé pour trouver le premier rôle d'un long métrage sur la vie Annemarie Schwarzenbach, romancière-journaliste-aventurière suisse qui a vécu dans les années 30. Des actrices, un acteur, passent des essais, devant parler d'eux en relation avec la vie de la suissesse, prendre des poses qu'elle affectionnait, devenir Annemarie Schwarzenbach. La réalisatrice cherchant à lui donner vie à travers ces jeunes comédiens. Cinq personnes, des deux sexes, seront retenus pour un séjour en Creuse afin de travailler sur le scénario.

 

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

Véronique Aubouy a pensé son film comme un positionnement par rapport au pesonnage Annemarie Schwarzenbach, utilisant pour ce faire une forme exigeante. Ainsi il ne s'agit pas d'un fiilm retraçant concrètement la vie de cette fascinante aventurière. Son destin foudroyé sera évoqué à travers ces jeunes comédiens qui pour certains la découvrent. Sa beauté androgyne, son homosexualité, ses mots. Certains aspects de sa vie ne seront que survolés tels son addiction aux drogues, elle qui a connu cinq cures de désintoxication en 1938, ou encore son combat contre le fascisme et donc la figure de sa mère qui était pro-nazi et fit brûler tous ses écrits au lendemain de sa mort, afin de gommer jusqu'à son existence. La réalisatrice, également artiste, a choisi un autre chemin pour la ramener sur le devant de la scène, celui qui mélange littérature, musique au service d'une performance filmique.

Véronique Aubouy a découvert Annemarie Schwarzenbach il y a dix-neuf ans. Depuis lors elle a envie de réaliser un film sur elle, sur cette jeunesse perdue entre deux guerres. Au départ il devait s'agir d'un biopic et d'années en années le projet est devenu plus hybride pour prendre finalement la forme d'un docu-fiction. Ce qui fascine particulièrement la réalisatrice c'est l'écriture fulgurante, immédiate de l'écrivaine, une liberté qui ne s'accompagnait d'aucun dogme. Il était donc important pour elle de ne pas savoir au départ comment aller se terminer le film mais bien de le construire avec ses comédiens. Ainsi, la première partie du film, le casting, est une entrée en matière dans le monde d'Annemarie Schwarzenbach pour ceux-ci. Des personnalités propres qui par jeu de mimétisme deviennent une autre, construisent les différentes facettes de cette autre, tout en ne s'effaçant pas entièrement. Ils s'approprient son vocabulaire pour pouvoir ensuite improviser librement l'écriture de la second partie. S'installe alors un jeu sur plusieurs réalités, tant et si bien qu'au fil des répétitions le spectateur ne distingue plus ce qui est vrai de ce qui est faux. Est-ce une scène entrec deux Annemarie Schwarzenbach ou bien deux comédiennes qui se racontent leur vie entre deux lectures ? Comment à travers la figure de cet ange maudit, qui a trente ans rédigeait son testament, la jeuness actuelle se raconte ? De scène en scène, les cartes se brouillent, jusqu'à l'onirisme.

En compétition pour l'Esperluette du meilleur long métrage des 7ème rencontres cinématographiques In&Out, du 30 avril au 9 mai 2015 - http://www.inoutfestival.fr/