Festival In & Out par Carine Filloux - Broken Gardenias

PDFImprimerEnvoyer

Index de l'article
Festival In & Out par Carine Filloux
Interview Benoît Arnulf partie I
Interview Benoît Arnulf partie II
Interview Benoît Arnulf partie III
Of girls and horses
Le chanteur
Broken Gardenias
Je suis Annemarie Schwarzenbach
Stand
Regarding Susan Sontag
Vivant !
The Punk Singer
Guilda, elle est bien dans ma peau
Palmarès
Toutes les pages

 


Broken Gardenias
Etats-Unis, 2014
Réalisation : Kai Alexander
Scénario : Alma S. Grey
Avec : Alma S. Grey, Jack Morocco, Caroline Heinle.
Site internet : http://www.brokengardenias.com/

Jenny est une jeune femme naïve et inexpérimentée qui vit dans un monde bien à elle. Elle se trouve donc en marge avec son employeur et ses colocataires, qui décident de se débarrasser d'elle. A la rue, seule au monde elle décide d'en finir et est sauvée par Sam, une jeune loubarde bien dans ses baskets. Celle-ci va l'entraîner à la recherche de son père, dont la seule trace est une photo datant des années 70 prise devant une maison à Los Angeles.

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.


"Broken Gardenias" est un road movie mettant en relation deux jeunes femmes que tout oppose. Jenny, une retardée de la vie et Sam, dynamique et débrouillarde. Leur chemin pour retrouver le père de Jenny sera pavé de rencontres atypiques. Un postulat de base qui à défaut d'être novateur pouvait laisser espérer quelques scènes intéressantes. Malheureusement le scénario d'Alma S. Grey, qui interpète également Jenny, se contente d'effleurer la surface des choses et multiplie les caricatures. Que ce soit la colocataire blonde, superficielle, qui ne mange que de la salade et est obsédée par son look ou encore le conducteur qui les prend en stop, un pervers dont la voiture déborde de pizzas (nourriture exclusive des hommes dans le film) qui fantasme en les imaginant faire l'amour, déteste sa femme et les femmes en général et se drogue à outrance, pour ne citer que ces deux là. Kai Alexandre balade ainsi le spectateur dans une galerie de portraits grossièrement brossés alors qu'il aurait suffi de donner un peu plus d'épaisseur aux différents personnages, aux situations et de moins forcer le trait pour les rendre intéressants. Il en va de même pour le personnage de Jenny, qui est la platitude incarnée et multiplie les mauvaises cartes, maladroite, coincée, orpheline et qui rencontre Sam qui est charismatique, à l'aise dans la vie, dans son corps et vient d'une famille aisée, soit son exact opposée. Etait-il nécessaire d'aller ainsi dans la surenchère ? La légèreté doit-elle nécessairement rimer avec superficiel ? Une alternative de réponse à ces questions se trouve dans "Of girls and horses", également présenté en compétition et qui traite de manière radicalement différente de la quête de soi à travers une rencontre entre deux jeunes femmes très différentes.


En compétition pour l'Esperluette du meilleur long métrage des 7ème rencontres cinématographiques In&Out, du 30 avril au 9 mai 2015 - http://www.inoutfestival.fr/