Festival In & Out par Carine Filloux - The Punk Singer

PDFImprimerEnvoyer

Index de l'article
Festival In & Out par Carine Filloux
Interview Benoît Arnulf partie I
Interview Benoît Arnulf partie II
Interview Benoît Arnulf partie III
Of girls and horses
Le chanteur
Broken Gardenias
Je suis Annemarie Schwarzenbach
Stand
Regarding Susan Sontag
Vivant !
The Punk Singer
Guilda, elle est bien dans ma peau
Palmarès
Toutes les pages


The Punk Singer
Etats-Unis, 2013
Réalisation : Sini Anderson
Avec : Kathleen Hanna, Adam Horowitz, Johanna Fateman, JD Samson, Kim Gordon, Joan Jett, Corin Tucker, Carrie Brownstein, Kathi Wilcox, Tobi Vail, Alison Wolfe, Lynn Breedlove, Tavi Gevinson


 

Kathleen Hanna, chanteuse du groupe punk Bikini Kill et du trio dance-punk Le Tigre s'est rendue célèbre pour son engagement dans le mouvement Riot Grrrl. Elle est devenue l'une des plus célèbres icônes féministes. Ses critiques auraient juste voulu qu'elle se taise alors que ses fans espéraient qu'elle ne le fasse jamais. Ainsi quand en 2005 Hanna a cessé de crier, beaucoup se sont demandés pourquoi. A travers vingt ans d'images et d'interview avec Kathleen Hanna le public est emporté dans une fascinante épopée musicale doublée d'une plongée inédite dans son intimité.


JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.


"It's all about speaking what's unspoken, screaming what's not screamed." Dire haut et fort ce qui ne se disait pas est au cœur de la personnalité de Kathleen Hanna. Depuis un âge tendre elle savait

qu'elle voulait être artiste, elle voulait s'exprimer et non pas se ridiculiser devant un public comme le pensait son père. Elle a fait des études de photographie et a vite commencé les collages féministes, ses œuvres étant censurées à la fac elle a ouvert un local avec une amie, s'est appuyée sur le témoignage d'une autre, agressée chez elle, pour dénoncer les violences faites aux femmes lors d'un défilé de mode très particulier. Voulant propager ses idée féministes par le slam elle participe à un atelier d'écriture où on lui conseille plutôt de monter un groupe de musique. Bikini Kill voit le jour peu de temps après et Kathleen Hanna en devient tout naturellement la front-woman. C'est le début des années 90, la grande époque des fanzines, du rock alternatif, des radio indépendantes et le punk énergique et engagé des Bikini Kill devient vite incontournable. Kathleen a le don de savoir communiquer ce qu'elle pense d'une manière qui inspire et entraîne les autres à sa suite. Après plusieurs albums le groupe se séparera.

Kathleen ne pouvant rester loin de la musique préparera en 1998 un album solo intimiste auto-produit sous le pseudonyme Julie Ruin. Le titre du documentaire, The Punk Singer, est d'ailleurs tiré d'un des titres de l'album.

Elle pensait ne jamais se remettre dans un groupe jusqu'à la rencontre avec Johanna Fateman puis JD Samson. Ils seront Le Tigre jusqu'en 2005, jusqu'à ce qu'Hannah décide d'arrêter, expliquant qu'elle n'avait plus rien à dire. La vérité est tout autre, la chanteuse est malade et n'a plus la force. C'est seulement quelques années plus tard que le diagnostic tombera, stade avancé de la maladie de Lyme. En décembre 2010 un Kathleen Hanna Tribute Show est organisé au cours duquel vingt groupes vont reprendre des chansons de Kathleen, la deuxième partie du show étant consacré au grand retour de Kathleen sur scène avec The Julie Ruin son nouveau groupe. Une énergie intacte et le verbe toujours aussi engagé plus de vingt ans après ses débuts !

Résumer plus de vingt ans dans la musique en 90 minutes ne fut pas une tâche aisée et Sini Anderson a réalisé la prouesse de couvrir à la fois la carrière et la vie intime de Kathleenn Hanna en un mélange harmonieux et complémentaire. Ceci est du en grande partie au fort engagement de la chanteuse qui a été filmée ponctuellement par la réalisatrice pendant un an à partir de juillet 2010 et apporte une touche émouvante sur sa lutte actuelle contre la maladie et un éclairage sur son passé et son engagement féministe. Les nombreuses scènes de concerts sont galvanisantes, l'incroyable charisme d'Hanna crevant l'écran. Les personnalités de la scène rock sont également présentes pour témoigner, que ce soit Adam Horovitz, son mari, leader des Beastie Boys, Kim Gordon (Sonic Youth) ou encore Joan Jett (sa productrice, qui a connu son heure de gloire avec le tube "I love rock'n roll"), ainsi que les membres de ses différents groupes. Le travail de montage donne un écho très pertinent a ces éléments rendant le documentaire absolument passionnant. Punk is definitely not dead!

En compétition pour l'Esperluette du meilleur documentaire des 7ème rencontres cinématographiques In&Out, du 30 avril au 9 mai 2015.