Les lauréats de la Fondation Prince Pierre de Monaco :« Les enfants de la chance »*

PDFImprimerEnvoyer

Entretien de Silvia Valensi avec Son Altesse Royale la Princesse Caroline de Hanovre, Présidente de la Fondation.

 

Entretien

Créée en 1966 par S.A.S le Prince Rainier III en hommage à la mémoire de son père, le Prince Pierre, grand protecteur des Arts et des lettres, la Fondation a pour vocation de favoriser la création contemporaine. Depuis 1988, sous son éminente présidence, S.A.R la Princesse Caroline de Hanovre pérennise et renforce indéniablement le rayonnement d'une institution qui n'a cessé d'être un symbole d’encouragement culturel, suscitant un réel enthousiasme auprès des jeunes créateurs et des artistes consacrés qui en bénéficient chaque année. Si elle répond à des enjeux de développement et de soutien à la cause de l'art et de la création contemporaine, elle peut aussi les devancer par des choix cohérents qui génèrent l’adhésion. Elle a ainsi su témoigner de moments d’histoire de l’art, toujours attentive à ce qui est présent sur la scène internationale. La pertinence de ces choix se révèle par sa capacité à couvrir et à appréhender, par des analyses croisées, la totalité des champs esthétiques et non pas d'en favoriser une seule vision. Si elle revendique ces exigences qualitatives, la Fondation éclaire sa réflexion sur les rapports interdépendants entre la culture et les différents systèmes de valeurs, les modes de vie et les droits fondamentaux de l’être humain.

Au regard de ces objectifs ambitieux, la Fondation Prince Pierre instaure cette année de nouvelles formes de communication en direction d'un plus large public. Une volonté sensible dans le dialogue qu'elle instaure entre l’œuvre, l’artiste et le public, ouvrant les portes à une « compréhension plus grande de l'art ».

Dépassant sa dimension charismatique, déjà concrétisée par des bourses, commandes d’œuvres, expositions personnelles, éditions, elle représente une « Échelle » à la création artistique et remplit en ce sens pleinement sa mission de fondation.

Entretien

Silvia Valensi : Votre Altesse, je vous remercie de nous faire l'honneur de répondre à nos questions.

Les institutions et entités culturelles de la Principauté de Monaco contribuent à son rayonnement international. Comment s'inscrit l'action de la Fondation Prince Pierre dans ce mouvement d'excellence et de diversité culturelle ?

S.A.R La Princesse de Hanovre : En s'attachant à intensifier son action en faveur de la création contemporaine, la Fondation Prince Pierre poursuit sa vocation première qui est à l'origine de sa constitution. Les jurys, constitués de membres prestigieux et d'experts reconnus au niveau international, décernent chaque année des Prix dans les domaines littéraire, musical et des arts plastiques. Les « nominés » pour chaque prix sont sélectionnés parmi des auteurs, des compositeurs, des artistes français et étrangers. C'est en cela que l'on peut dire que l'action de la Fondation Prince Pierre soutient et encourage la diversité culturelle.

Preuve en est la mise en place, depuis trois ans, d'une nouvelle formule du Prix international d'Art contemporain qui vise à récompenser le travail d'un artiste en pleine émergence, pour une de ses œuvres récemment créées. Une exposition en Principauté de l'œuvre lauréate lui est ensuite consacrée ainsi qu'une nouvelle œuvre spécialement réalisée pour cette exposition.

S.V. : A Monaco, toutes les facettes du marché de l'art sont présentes : maison de ventes aux enchères, galeries, collectionneurs, artistes et bientôt, le futur Musée national de Monaco. Comment l'activité de la Fondation Prince Pierre se développe-t-elle dans cet environnement ?

S.A.R PH : Chaque année a lieu à Monaco la session de remise du Prix littéraire de la bourse de la Découverte, du Prix de Composition musicale et du Prix international d'Art contemporain. Cette session donne lieu à une série de réunions de travail au conseil d'administration et pour les différents jurys,une présentation à la presse des lauréats, à l'inauguration de l'exposition du Prix international d'Art contemporain et, depuis cette année, diverses manifestations largement ouvertes au public.

S V : Quels sont les moyens mis en oeuvre par la Fondation Prince Pierre dans sa volonté d'ouverture à un public plus large et diversifié ?

S.A.R PH : Il s'agit avant tout d'associer le public local, régional mais aussi de passage, à l'action de la Fondation en lui permettant d'assister librement à des manifestations culturelles de qualité et en essayant de lui fournir des clés de lecture et de compréhension pour la création aujourd'hui.

Cette année, la Fondation Prince Pierre propose, pour la première fois, le temps d'un après-midi, des rencontres et un débat sur le thème « Etre contemporain aujourd'hui » au cours desquelles interviendront des personnalités telles que Jean-François Zygel – qui, pour notre Fondation, a accepté de concevoir et de venir donner une de ses célèbres Leçons de Musique sur « Les musiques du XXe siècle » - et Jean-Yves Jouannais, Philippe Rahm et Frédéric Durieux.

Un effort particulier est mis en œuvre en direction d'un public scolaire et d'étudiants en art de la Principauté. Cette année c'est Jérôme Schlomoff, photographe de la Fondation, qui proposera des ateliers pédagogiques en marge de l'exposition du Prix international d'Art contemporain, autour du travail de Candice Breitz, notre lauréate 2007. D'autant que celle-ci utilise les techniques de l'image pour procéder à une étude anthropologique de la société de consommation, de l'hyper médiatisation et d'un mouvement de starification abusif.

S V : Quel peut en être l'impact sur le futur parcours professionnel de ses lauréats ?

S.A.R PH : Grâce au concours précieux de la SOGEDA une collection de disques, éditée dans le cadre du Prix de Composition musicale, a permis jusqu'en 2005 de mettre à l'honneur des anciens lauréats et membres du jury du Prix de Composition musicale. Dans le même domaine et afin de continuer dans cette voie d'encouragement à la création, la Fondation a commandé à la lauréate 2006, Helena Tulvé, une pièce qui sera jouée publiquement l'an prochain. Le Printemps des Arts a passé commande à Frédéric Durieux, lauréat 2005, d'un Quatuor exécuté cette année pendant ce festival.

Le Prix international d'Art contemporain peut lui aussi faire l'objet d'une création d'une œuvre nouvelle présentée en exclusivité à Monaco. Le lauréat 2006, Saâdane Afif a été invité par la Cité de la musique à présenter en automne dernier à Paris l'œuvre couronnée par notre Fondation. La réalisation d'un catalogue est aussi un moyen d'assurer à notre lauréat une large diffusion dans les milieux internationaux de l'art contemporain.

Quant aux prix littéraires, si plusieurs de ses lauréats ont eu la chance, peu de mois après avoir reçu leur récompense, d'être admis sous la Coupole, je suis surtout sensible à l'aide matérielle que la bourse de la Découverte peut apporter aux jeunes auteurs d'un premier roman : l'un a vu son livre traduit en anglais; notre lauréat 2006, Ousmane Diarra, a pu, grâce à cette Bourse, écrire un deuxième roman.

Propos recueillis par Silvia Valensi le 10 octobre 2007



Entretien

remerciements à Raignier Rocchi directeur des Affaires culturelles monégasques et secrétaire général de la Fondation.

* Titre d'un roman de Joseph Kessel (paru en 1939 chez Gallimard) et lauréat du Prix littéraire Prince Pierre de Monaco en 1959, (Prix créé en 1951).



La Fondation Prince Pierre de Monaco présente ses lauréats 2007 :

Prix Littéraire : Jacques-Pierre AMETTE - Un été chez Voltaire, Albin Michel 2007

Bourse de la Découverte : Carole MARTINEZ - Le cœur cousu, Gallimard 2007

Prix de Composition musicale : Georges APERGHIS Wölfli-Kantata (France) 2006

Prix international d’Art contemporain : Candice Breitz - Mother and Father, 2005

Légendes

S.A.R Princesse Caroline de Hanovre, S.A.S Prince Albert II de Monaco et Candice Breitz

© Charly Gallo, Centre de Presse Monaco 2007

Candice Breitz Mother and Father , 2005 © Alex Fahl courtesy Francesca Kaufmann, Milan + White Cube, Londres + Yvon Lambert, New York