Béatrice Heyligers : une vocation capter l’image, la magie du souvenir, l’émotion

PDFImprimerEnvoyer

Marie-Laure de l’Ecotais, galerie Au Fond de la Cour, présente du 9 avril au 2 mai 2015, l’exposition de photographies de Béatrice Heyligers, ‘Les Arts, mémoires vives’. Une vingtaine de photos, noir et blanc, issues de son livre, théâtre, mémoires vive et des portraits d’artistes et gens de lettres.

 

Exposition

Pour cette exposition Béatrice a choisi dans ses archives quelques-unes de ses photos de moments privilégiés passés au sein des troupes de théâtre à Paris dans les années 70. Epoque où se mêlant à la vie des comédiens, à la vie de la troupe, elle photographie la naissance de spectacles qui s’avéreront des moments-phares de la carrière de comédiens et de metteurs en scène devenus des grands de la scène. Ces clics d’une fraction de seconde ont permis de retrouver intacte l’émotion du passé chez ses compagnons de jadis quand elle leur montrât des années plus tard les images. Tous témoignent que le temps n’a pas effacé l’émotion, elle ne s’est pas évanouie comme neige au soleil. Les photos commentées par eux, propos spontanés, publiés dans son livre, sont offertes en partage au public dans cette exposition. Par l’œil de l’artiste apparaissent des mises en scène de Jean-Louis Barrault, Peter Brook, Bob Wilson, Ariane Mnouchkine, Patrice Chéreau, Gabriel Garran et bien d’autres.

L’autre partie de l’exposition présente des portraits de plasticiens, gens de lettres, musiciens, comédiens: Le Clézio, Michael Lonsdale, Emmanuelle Riva, Jean-Claude Drouot, Ernest Pignon-Ernest, Jacques Weber, Ben, Arman, Martial Raysse, Robert Malaval…

De la photographie à l’image animée, Béatrice Heyligers en a franchi le pas ! Pas étonnant car sa vocation est née en voyant à 16 ans Ascenseur pour l échafaud. Subjuguée par une séquence du film qui se passe dans un labo- photo lorsque du révélateur l’image apparaît, elle décide je serai photographe. Elle le sera et l’est toujours, la magie de l’image sous toutes ses formes ne cesse de l’émerveiller. Elle a réalisé un DVD « Jeu vocal, chant spontané » de Guy Reibel. Il s’agit d’une initiation au chant et à la création musicale sous une forme spontanée. Il fallait à ce compositeur, chef d’orchestre et professeur de composition au conservatoire de Paris (CNSM), pendant plus de 25ans l’œil d’une professionnelle du spectacle pour en filmer les différentes étapes : les enfants des écoles, des musiciens animateurs, des chœurs et un quatuor de chanteurs professionnels. Puis vint un film Hamadoum ou Les tribulations d’un métis du monde sur lequel Guy Reibel a composé un opéra présenté à l’auditorium St Germain à Paris.

Les photos de Béatrice Heyligers sont utilisées pour l’étude du théâtre dans des lycées, à la faculté, intéressent les spécialistes et le public. En Février 2015, à l’occasion du festival Shakespeare, Shake Nice 2015, Irina Brook, directeur du Théâtre National de Nice lui a demandé d’exposer dans ce lieu, une quinzaine de ses photographies de La Tempête mise en scène par Peter Brook en 1968 à la Round House de Londres.

Ne pas manquer cette chance de voir l’ exposition ‘Les Arts, mémoires vives’, peut-être de vivre les moments de ces souvenirs-émotions, de retrouver des portraits célèbres et d’apprécier la superbe présence du noir et blanc ‘couleur du souvenir’ que salue Alain Crombecque dans la préface du livre. Et laisser trotter dans sa tête le proverbe hongrois que cite Béatrice Heyligers : Où va le blanc quand la neige a fondu ?


Brigitte Chéry le 29 mars 2015


Béatrice Heyligers a travaillé pour l’Express, le Nouvel Observateur, News Week, Le Point, La Quinzaine Littéraire, le mensuel CNJA, avec Le festival d’automne à Paris sous la direction, de Michel Guy et d’Alain Crombecque qui l’engage de 1973 à 1975. Dès 1977 au Théâtre National de Nice dirigé par Jean Pierre Bisson, puis Jean- Louis Thamin, et Jacques Weber. En parallèle elle photographie des chantiers pour l’architecte Pierre Allard, suit toute la construction du parc de Sophia Antipolis, travaille pour le musée Picasso d’Antibes, le Centre International de Recherches Musicales (CIRM), l’Orchestre philarmonique de Nice, fait des reportages, réalise un DVD et un film avec Guy Reibel, participe à PerformArts en ligne.

Galerie Marie-Laure de L’Ecotais, Au Fond de la Cour

49, rue de Seine 75006 Paris tel 01 42 25 81 89

(Métro Saint Germain- des-Près)

Vernissage jeudi 9 avril 2015 Exposition du 10 avril au 2 mai 2015