HAÏTI-ESPOIR

PDFImprimerEnvoyer

C’est dans ce bel écrin d’Art, Joyau de Marseille, classé Monument Historique en 1997, que le Château de la Buzine « ex- Château de Ma Mère » à l’occasion du vernissage de la nouvelle exposition d’Art Contemporain dédié à HAÏTI, organisé par Valérie FEDELE et son équipe, en présence de Monsieur Jean-Claude LEVY, Consul honoraire de la République d’HAITI dans l’état du New Jersey, U.S.A., ont proposé ce soir, au public Marseillais de rendre hommage aux sinistrés et aux familles de disparus lors du terrible tremblement de terre du 12 janvier 2010.

Exposition d’une cinquantaine d’œuvres des meilleurs ambassadeurs de cette île des Caraîbes, témoignage de l’art Haïtien (Collection privée de Monsieur Jean-Claude LEVY), qui au cinquième anniversaire du Séisme, s’est achevée par une vente aux enchères des toiles au profit d’oeuvres caritatives pour Haîti, le 12 Janvier 2015.

Cette initiative était soutenue par la Mairie des 11 et 12ème arrondissements de Marseille avec leur Députée Maire Valérie BOYER, et Magali DEVOUGE, Adjointe au Maire, déléguée à la culture.

Exposition

LE MOT du CONSUL...

« ...C’est avec joie et fierté qu’il m’est donné de pouvoir présenter au Château de la Buzine, dans cette ville phocéenne qui est Marseille qui a été en 2013 Capitale Européenne de l’Art et de la Culture. ...Depuis le Séisme, nous avons eu, l’aide de la France, des Etats-Unis, des grandes puissances, pour aider à la reconstruction d’Haïti. C’est un processus qui est très lent mais qui porte ses fruits, que j’espère, d’ici un an ou deux, les choses iront beaucoup mieux. Je suis très honoré qu’en parallèle, nous avons le Grand Palais à Paris qui a aussi cette magnifique exposition d’Haïti...

EN HAITI

La peinture a été toujours une forme d’expression traditionnelle ...

« UN PEUPLE D’ARTISTE HABITE HAITI » a écrit André MALRAUX, soulignant que sur l’île, tout est sujet à transcription picturale figurative et spirituelle à la fois : l e marché, le mariage, la pêche, la condition féminine décrite dans des odes à la couleur, la religion et la culture Vaudou avec ses forces secrètes qui restent omniprésents ...

« LE MOT DU PRESIDENT... »

. ..Que voyons-nous aujourd’hui de cet Art que Malraux découvrit en 1975 lorsqu’il visita l’Île et l’Ecole du Saint-Soleil créée en 1816, pépinière de jeunes Artistes Haîtiens ? D’abord la peinture naïve encore inconnue ou méprisée au début du XXème siècle. Elle est alors dénommée non académique, à la fois dans la composition des tableaux, la perspective, les échelles de plan, les couleurs, le trait enfantin. Elle est produite par des autodidactes, étrangers aux écoles du bien peindre, c’est un « Art Indiscipliné » comme on disait au Québec.

Or que voyons-nous aujourd’hui dans cette Expo maintenant que les écoles et les modes ont passé, que l’abstraction pure a atteint ses limites ? Et bien nous voyons du vivant, du poétique, du social, du religieux, de l’érotisme chez Roosevelt, des sujets ethnographiques, comme celui des Indiens Arawak, de l’histoire comme ce tableau de Dulcema dans l’entrée, traitant la bataille de Vertières qui donna l’Indépendance à l’ancienne Saint-Domingue, Haïti, premier Etat Noir indépendant dans le monde. On remarque aussi l’animation d’un marché chez Lavache, les travaux et les jours du peuple, les cases à l’heure du départ du travail chez Dulic, l’exil vers le Nouveau Monde si proche et si lointain.

Ces Artistes Populaires ont pourtant du Dali et du douanier Rousseau, ils ont gravité autour du Surréel, voisiné avec le Vaudou, dans un naturalisme profond, magnifié la lune et le soleil.

La salle des Nus évoque un érotisme sublimé, loin du dépaysement exotique de nos images publicitaire. « Femmes Fleurs, Femmes Fruits, un peu à la manière de Klimt, Femmes Nimbées de couleur, où l’on sent passer par moments les effluves de la vague marine et le babil des oiseaux jaseurs et multicolores. Femmes des Îles des paradis perdus, Femmes des premiers temps du monde offert à notre regard. Les Nus, éternelle source de jouvence. Clé de Sol Majeur, d’intelligence avec le soleil...

Cette soirée que l’on peut qualifiée de mémorable, grâce au choix par la directrice Valérie Fedele, d’une animation en introduction, par la lecture musicale d’Emmanuelle Sarrouy de son livre SEISME(S) portant sur l’Adoption, ses conséquences dû au Séisme. Son parcours du Combattant... 30 Minutes d’un témoignage poignant qui a sublimé Valérie Boyer, le public, les organisateurs, nous même.

Pierre ROTOLO

MAISON DES CINEMATOGRAPHIES DE LA MEDITERRANEE SITE CULTUREL & CINEMATOGRAPHIQUE MARSEILLE 11èm