La Verità - Daniele Finzi Pasca

PDFImprimerEnvoyer

Dans les années 40, Salvador Dalí fuit la seconde guerre mondiale à New York où il travaille notamment sur les décors de "Tristan fou", inspiré de "Tristan et Isolde" de Richard Wagner. Il peindra pour l'occasion un tulle de 9 mètres sur 15 mètres qui servira de rideau de scène lors de la présentation au Metropolitan Opera de New York en 1944. C'est cette pièce magistrale qui a été mise à la disposition de Daniele Finzi Pasca et que l'on retrouve sur le plateau du Théâtre National de Nice !

 

Spectacle

Le metteur en scène italien joue autour de l'oeuvre du maître espagnol, il ne raconte pas Dalí mais s'en inspire pour donner vie à un spectacle acrobatique tout droit sorti d'un rêve. Une féerie déclinée en tableaux d'une beauté à couper le souffle. Des tableaux vivants dans lesquels évoluent des artistes tour à tour acrobates, danseurs, jongleurs, chanteurs, contorsionnistes, marionnettistes, musiciens. Si les chats sont dotés de neuf vies, les artistes de la compagnie de Michele Finzi Pasca multiplient eux les talents, telle la délicate musicienne qui ravira les spectateurs à  l'accordéon, au piano, au violon, aux verres à eaux, s'accompagnant ou non de sa voix aérienne. Ses camarades n'auront de cesse de défier les lois de la physique et de l'apesanteur dans des variantes défiants l'imagination et ce avec une impressionnante maestria. Ils évoluent ainsi avec une déconcertante légèreté, transcendant une technique qui devient poésie. Les corps se plient, ondulent, tourbillonnent, donnent le vertige pendant les deux heures que dure le spectacle.

Spectacle

Au-delà de l'absolue fascination et enchantement que provoquent les tableaux du chorégraphe italien le spectacle est truffé de pointes d'humour. Ainsi, que ce soit Monsieur et Madame Joyeux-Troublion-Loyal qui rythment le spectacle de leurs apparitions loufoques, entre ou même pendant les différents tableaux, ou les artistes eux-mêmes qui n'hésitent pas à apporter une touche humoristique alors qu'ils sont en pleine action. Non seulement ces artistes sont insolemment doués, mais en plus ils ne se prennent pas au sérieux !

Spectacle

Les décors (entre autres le trapèze des acrobates devient pyramide ou encore la silhouette d'un œil), la lumière (les jeux entre ombre et lumière notamment), les costumes (références aux tableaux de Dalí ou aux années 40), le découpage du plateau (verticalement ou horizontalement), tout est pensé, mis au service du jeu et bien souvent le grand maître espagnol n'est pas très loin créant ainsi un fil rouge avec le tulle qui jouera plusieurs fois son rôle lors du spectacle. De même, quand la musique de l'opéra de Wagner retentit à l'occasion d'un tableau dans la deuxième moitié du spectacle, l'ombre du peintre est quasi palpable. Quand ce ne sont pas les artistes qui portent des masques à son image.

Spectacle


Daniele Finzi Pasca joue avec la vérité de manière magistrale et même si la deuxième partie de son spectacle s'essouffle légèrement et se conclue sur un surprenant tableau, la barre a été mise tellement haut que le spectacle demeure un enchantement de tous les instants.

Spectacle

 

 

Carine Filloux

Spectacle acrobatique présenté au Théâtre National de Nice du 21 au 25 janvier 2015 - http://www.tnn.fr/fr/spectacles/saison-2014-2015/La-Verita

Plus d'informations sur le spectacle et Daniele Finzi Pasca - http://finzipasca.com/fr/creations/la-verita/