Embarquement immédiat pour une « Sérénade en mer »

PDFImprimerEnvoyer

Les spectateurs du théâtre Toursky ont pris le large lors de ce spectacle imaginé par Edmonde Franchi accompagnée de Diego Bordonaro. Le public a été séduit par leur prestation où se mêlent dérision et moments d'émotion.

 

A l'heure où les croisières sont à la mode, Edmonde Franchi nous entraîne, au son de la corne de brume, à quitter le rivage, sur le music boat lover. Cette artiste nous convie à la sempiternelle représentation du soir. Elle nous invite à pénétrer dans son univers, pays magique de la joie, de la magie, de l'amour dans l'esprit music-hall mais aussi à ouvrir et changer notre regard sur la différence, le racisme et l'intolérance. Elle aborde ces thèmes forts avec humour, jamais dans l'affrontement.

Alternance d'extraits de chansons, de mimes, de tours de magie et de purs moments d'émotions, ce spectacle met en scène deux personnages :la chanteuse Gilda accompagnée de son pianiste-chanteur-imitateur-magicien Roberto. Gilda nous raconte l'histoire qui l'a faite partir en mer et qui a changé sa vie : sa rencontre avec Désiré, l'étranger, de culture et de couleur différentes qui fait écho à sa propre histoire. Elle nous parle de son manque de l’Italie, cette terre qu'elle n'a jamais vu, de sa grand mère qui lui a transmis cet amour et qui pourtant n'en parlait pas.

Théâtre

Le répertoire passe de Bourvil à Claude françois en passant par Dalida, Aznavour... Les chansons arrangées spécialement par Diego Bordonaro, permettent d'échanger ou d'évoquer et servent le fil conducteur du spectacle.

Edmonde Franchi, fidèle à elle-même, aime interagir avec le public et le montre à travers par exemple une chanson gestuelle façon « club med ». Par moment, l'émotion est telle que le spectateur est suspendu à ses lèvres. Des moments d'une rare intensité, poétiques et très porteurs car ils évoquent les stéréotypes portant sur les africains et pourtant « le noir n'est pas une couleur ». Cette saltimbanque de haut vol évoque avec beaucoup de bagout l'apprentissage d'un autre regard sur la différence. « Les gens que l'on aime, on ne les voit plus avec les yeux ».

« J'aime bien le coté interactif avec le public, c'est bien rythmé, pas commun ! j ai passé un agréable moment » déclare un spectateur. « C'est frais, jovial, mignon et attachant » renchéri une autre. D'autres sont plus mitigés : « nous nous attendions à quelque chose de plus moderne ».

Edmonde Franchi et Diego Bordonaro, ont entraîné le public du Toursky à voguer sur les flots comme en ont témoigné les rires et les applaudissements des spectateurs. La délivrance de messages forts a été faite dans l'humour. Pari réussi.


Interview réalisé à la fin du spectacle

Jocelyne Silvy : Pourquoi avoir voulu créer ce spectacle, quels sont les motifs ?

Edmonde Franchi : J'avais envie de parler de l'immigration car nous avons tous laisser quelqu’un ou quelque chose ailleurs qui fait un grand vide au cœur. L'exil, tout le monde le porte en soi. Il faut traverser les stéréotypes, les idées préconçues que chacun possède, même quand on pense qu'on ne les a pas. On ne voit bien qu'avec les yeux de l'amour ! les stéréotypes correspondent à un manque, une absence d amour. Ce n'est pas que l'on soit beau qui compte mais comment les gens vous regarde.

J.S. : Vous avez fait du théâtre, de la radio, de la télévision du cinéma. Quel est le lieu le plus cher à votre cœur ?

E.F. : Tous sauf le cinéma, car il n'y a pas d'interaction avec le public. J'aime jouer pour quelqu’un.

J.S. : Dans « Parlez vous d'amours » et « Toutes premières fois », vous avez travaillé avec des femmes en difficultés. Avez-vous en préparation à nouveau un tel projet ?

E.F. : Je vais travailler avec l'association The Bus sur la thématique des petits bonheurs pour une présentation en mars 2016. Nous commençons actuellement cette proposition avec des femmes victimes de violences ou qui ne sortent pas de chez elle à Vitrolles, Aix et la belle de mai. La musique sera élaborée avec Diego Bordonaro. Ce sont des moments humainement très forts.

J.S. : Avez vous d'autres sujets à l'étude ?

E.F. : Je travaille aussi avec l'Auguste théâtre avec Claire Massabo sur vagabondage. Nous jouons, Nicole Choukroun et moi, deux vieilles échappées d'une maison de retraite.


Edmonde Franchi

Auteur, comédienne, metteur en scène, chanteuse, Edmonde Franchi a de nombreuses cordes à son arc. Le public l'a découverte à la télévision et au cinéma dans Gazon maudit, Lucie Aubrac, Le schounptz, Lila dit ça... ; au théâtre dans Les Femmes savantes, Le dialogue des marguerites...

Elle a écrit et interprété des monologues (Les fruits de la passion, La caresse du crocodile, Femme d’intérieur et Cœur à prendre) et des pièces à plusieurs (La clinique des mouettes, Carmenseitas, De toutes beautés...). Avec le groupe Quartiers Nord cette artiste a coécrit et chanté trois opérettes rock :2001 l'odyssée de l Estaque, Les aventures du chichi perdu et La pastorale mauresque. Pendant plus de deux ans, Edmonde Franchi a tenu la chronique d'une enkikineuse dans l'hebdo à Marseille.

Comédienne engagée, elle n'a eu de cesse de mettre en avant la femme, sa parole, ses rêves, ses luttes... Elle a travaillé souvent avec des femmes en difficultés (femmes isolées, immigrées, personnes âgées, en suivi psychiatrique...) à travers des recueils de paroles, l'écriture, le chant et leur participation au spectacle (Parlez-moi d'amours, Toutes premières fois...).


Jocelyne SILVY


Prochaines représentations :

Sérénade en mer le 24 janvier à Saint chamas

Cœur à prendre le 11 décembre à l'espace julien, le 16-17 janvier à Nice au théâtre de la cité et en mars à Dakar.

Mathilda le 9 et 10 janvier au théâtre Toursky

Festifemmes le 8 mars au silo à Marseille