Eté 2014, Face à l’œuvre à la Fondation Maeght

PDFImprimerEnvoyer

C’est lorsque chantent les cigales, alors que la chaleur est écrasante, que s’intensifie l’appel à la visite de la Fondation Maeght. Impossible de résister cet été à l’émotion du souvenir, le cinquantenaire de sa création.

Après l’exposition de printemps consacrée aux nombreuses réalisations de Josep Lluis Sert et à son chef-d’œuvre d’architecture moderne qu’est la Fondation, Adrien Maeght et Olivier Kaeppelin, ont choisi de rendre hommage jusqu’en novembre 2015 aux œuvres des grands maîtres choisis par Aimé Maeght et son épouse Marguerite.

Exposition

Cette impressionnante exposition permet de révéler le goût de la découverte de ses fondateurs, qui sans préjugés, choisissaient pour sa présence une œuvre dartiste déjà connu ou peut être en devenir et ceci dans le désir de partage de l’art. La volonté de l’exposition est de ce fait axée sur le regard, la rencontre et le ressenti.

Exposition

Ainsi figurent dans cette exposition, face à face, des œuvres d’artistes que les célèbres galeristes ont collectionnées certaines mondialement célèbres maintenant : Giacometti, Miro, Bonnard, Braque, Chagall, Calder, et d’autres œuvres d’artistes plus confidentiels, auxquels se joignent les œuvres de François Fiedler, Gérard Gasiorowski, Richard Lindner et des artistes contemporains récemment exposés par la Fondation comme elle le souhaitait dès sa création.

A l’entrée, La tentation de St Antoine, d’Otto Dix, fait face à Hommage à La danse de Fernand Léger, dans la première salle voisinent des peintures de Giacometti : trois portaits de Marguerite Maeght, des petites sculptures de Giacometti dans une petite vitrine, et aussi Freund, Francis Bacon ou Djamel Tatah, le ton est donné. Une cinquantaine d’artistes, les plus grands artistes de Pierre Bonnard, Braque, Matisse, Pierre Alechinsky, Soulages, Jacques Monory, Arroyo… accueillis depuis 1964. De coup de cœur, en rencontre, ou découverte, l’œuvre réserve au visiteur de grands moments de face à face, ceci tout au long du parcours, jusque dans les jardins et la cour.

Exposition

En effet ni musée, ni centre d’art, la Fondation est un lieu unique où la magie du lieu participe à l’alchimie de la création. Comme le précisait André Malraux, lors de l’inauguration de la Fondation le 24 juillet 1964, « ici est tenté quelque chose qu’on n’a jamais tenté : créer l’univers, créer instinctivement et par amour, l’univers, dans lequel l’Art Moderne pourrait trouver à la fois sa place et cet arrière monde qui s’est appelé jadis le surnaturel ». Dans cet état d’esprit généreux, avec cette perspective d’ouverture, ce lieu magique qui a aidé tant d’artistes, propose tout l’été aux amoureux de l’art une grande exposition élargie à la création contemporaine, afin de continuer d’éveiller et de passionner des amateurs à la recherche du ressenti face à l’œuvre.

Exposition

Pour fêter cet anniversaire les musées du sud-est ont décidé de s’associer à cette fête. Le musée Picasso d’Antibes, lui rend hommage en exposant des bronzes peints de Miro, le Musée d’art moderne et d’art contemporain de Nice rend hommage à Calder avec une série d’œuvres appartenant à la Fondation. Le Musée National Chagall, présente, La vie, une des œuvres les plus importantes de Chagall, habituellement à La Fondation avec des documents et autres tableaux. C'est avec La partie de Campagne de Fernand Léger que le musée Fernand Léger accueille les visiteurs, tandis que le Musée Magnelli de Vallauris présente des œuvres majeures de céramique d’Artigas, Braque, Chillida, Miro. Même le sud-ouest au Domaine de Kerguéhennec de Bignan, présente 50 ans de collection Maeght de Giacometti à Tapiés, tandis que le musée des Augustins, de Hazebrouck, ville de naissance d’Aimé Maeght, retrace le parcours de la Fondation avec une centaine d’affiches des expositions.

Le musée Matisse de Nice intéressera le public à la correspondance entre Matisse et Aimé Maeght, de même que Le Château de Villeneuve à Vence à celle entre le peintre et l’écrivain Dubuffet/Gombrowicz. De quoi régaler le public jusqu’à la fin de l’année. Ne pas oublier au cours de la visite de l’exposition de la Fondation de découvrir le projet d’extension de 1111m2 proposé par l’architecte italien Silvio d’Ascia, (qui vit à Paris depuis 2001) extension pour une salle polyvalente, de nouvelles réserves etc.… projet empreint d’élégance, de respect, de tendresse et de force, comme le précise Isabelle Maeght.


Brigitte Chéry

Photos Béatrice Heyligers