ANTHEA – 2014-2015 UNE GANDE DIVERSITE

PDFImprimerEnvoyer

Il y en aura pour tous les goûts dans une programmation sélectionnée, pour la seconde année, par Daniel Benoin, Directeur artistique d’Anthea, théâtre d’Antibes-Antipolis ! Avec quelques pièces pour intellos et d’autres spectacles davantage ouverts à un public très élargi. Dans cette grande diversité, chacun trouvera chaussure à son pied !

 

Ouvrir un théâtre d’importance en pleine période de crise était un pari audacieux, mais totalement réussi vu le succès. Le public a répondu présent et les salles ont été remplies pour chaque spectacle de l’année écoulée qui fut riche en émotions. Après ces résultats encourageants, l’objectif est à présent de fidéliser un public pour les temps à venir grâce à la mise en place d’un efficace système d’abonnements. Ne doutons pas du triomphe de l’art vivant avec des créations, des avant-premières, de la danse, du cirque, de l’opéra, de la musique, des one man shows...

Théâtre

De grands auteurs sont à l’affiche : Duras, Kafka, Beckett, Shakespeare, Brecht, Camus, Char, Lewis Caroll... La saison s’ouvre début octobre, avec Raoul, l’inclassable et merveilleux spectacle de James Thierrée (petit-fils de Charlie Chaplin) où il clame en silence sa solitude au milieu d’un bestiaire fantastique.

Pour combler les mordus d’Histoire, Daniel Benoin mettra en scène Le Souper avec les dialogues étincelants de Jean-Claude Brisville où s’affrontent Fouché et Talleyrand, alias Niels Arestrup et Patrick Chesnais.

Egalement, dans une mise en scène de Daniel Benoin, Clovis Cornillac reprendra La Contrebasse.

Ils ne seront pas les seules stars de l’année et le public sera ravi de retrouver sur les planches d’Anthéa ses comédiens favoris du grand et du petit écran.

Philippe Torreton s’opposera de toute son énergie à La Mégère apprivoisée.

Pierre Arditi et Evelyne Bouix seront face à face dans Le Mensonge de Florian Zeller. André Dussolier sera seul en scène pour Novecento, le célèbre texte d’Alessandro Baricco.

Théâtre

Josiane Balasko présentera sa nouvelle comédie Un grand moment de solitude.

Guillaume Gallienne se complaira dans la paresse d’Oblomov, un classique de la littérature russe.

C’est pour Elie Semoun que Francis Veber a adapté pour la scène son film Le placard. Interprété par Richard Berry et Jean Reno, Nos femmes signé de l’auteur à succès Eric Assous sera programmé simultanément à Petits crimes conjugaux d’Eric-Emmanuel Schmitt, autre auteur à succès.

Enfin, Sandrine Bonnaire a écrit sur le langage du corps Le Miroir de jade, une œuvre chorégraphiée qu’elle interprète elle-même.

Dans Savannah Bay Jacqueline Scalabrini et Garance Picqué reprennent les rôles créés par Marguerite Duras pour Madeleine Renaud et Bulle Ogier.

Dans En attendant Godot, Paul Chariéras et Frédéric de Goldfiem se sont attribué les célèbres personnages de Beckett, des errants lassés par l’attente...

Un monologue de Scali Delpeyrat raconte Scènes de la vie d’un acteur adapté des écrits de Denis Podalydès.

Seul aussi sur le plateau d’Anthéa, Bernard Pivot pour ses Souvenirs d’un gratteur de têtes. Ils sont deux (Bruno Raffaelli et Jean-Paul Schintu) à exprimer avec émotion l’échange épistolaire entre René Char et Albert Camus.

Du rire avec L’origine du monde de Sébastien Thiéry mis en scène par Jean-Michel Ribes. Et encore du rire avec Alpenstock une comédie délirante de Rémi De Vos et avec Déshabillez-mots (grand succès d’Avignon 2013) où deux jeunes comédiennes, Léonore Chaix et Flor Lurienne) jonglent adroitement avec les mots.

Théâtre

Et, bien sûr, toujours du rire avec Molière et son classique Malade imaginaire mis en scène par Jean Lermier.

Des drames avec La vie de Galilée de Brecht dans une mise en scène de Jean-François Sivadier et avec Nicolas Bouchaud dans le rôle de l’homme qui cherche à affirmer la vérité. Un été à Osage Country où toute une famille s’affronte lors de la mort du père. Dreck sur l’immigration clandestine (mise en scène de Charles Berling), Le Procès de Kafka que s’est approprié Félicien Chauveau en l’adaptant, en l’interprétant et en le mettant en scène.

Quelques créations prometteuses d’Anthéa : Jacques Bellay retrouve l’univers fantastique de Jules Verne avec Au-delà du possible, Paulo Correia, fou de vidéo, visitera le pays des merveilles d’Alice et un spectacle de danse contemporaine d’Eugénie Andrin, Les Passagers.

Pour les amateurs de lyrique, Rigoletto de Verdi dans une mise en scène classique de Jean-Louis Grinda, avec le choeur de l’Opéra de Monte-Carlo et L’enlèvement au sérail de Mozart. Une soirée d’échanges entre la mezzo-soprano Béatrice Uria-Monzon et le philosophe Michel Serres ne pourra être que captivante, Lettres et Notes. Ajoutons un spectacle étonnant de modernité, une petite messe solennelle de Rossini, avec vingt danseurs, musiciens et chanteurs. Le coup de cœur de Daniel Benoin !

Théâtre

Des humoristes à succès sont à l’affiche : Gaspard Proust, Max Boublil, Sophia Aram, Alex Lutz. Azimut où le célèbre groupe acrobatique de Tanger défie les lois de la pesanteur. Chacun connaît le talent du Cirque Eloize, une troupe canadienne renommée de par le monde, dont il n’y a plus à faire l’éloge. Dans sa nouvelle chorégraphie futuriste Robot !, Bianca Li mêle des automates aux danseurs. Le Ballet Nice Méditerranée présentera, sous la direction d’Eric Vu-An, des chorégraphies de Jiri Kylian et d’Alvin Ailey. Dans Bounce !, un quatuor insolite de deux danseurs et deux musiciens accumuleront des maladresses dans une danse théâtralisée bien rythmée. Les nouveaux troubadours Ségal et Faccini ont imaginé un concert hors norme, rodé au cours de leur longue amitié.

L’Espagne sera présente avec le magnifique Ballet Flamenco de Andalucia. Agnès Jaoui chantera les passionarias dont les voix ont bercé son enfance et le Colombien Yuri Buenaventura envoûtera de sa voix de crooner avec des airs latino-américains et un zeste d’Afrique. Enfin, Bernard Lavilliers viendra présenter son nouveau tour de chant. De la musique avec les concerts de Antibes Génération Virtuoses qui clôtureront la saison.

Théâtre

Cependant, la grande surprise de l’année, sont les quatre représentations, en novembre, de Golgota, spectacle équestre de Bartabas auquel s’est joint l’incomparable danseur de flamenco Andrés Marin. Avec leurs chevaux sur la scène de la salle Audiberti, le spectacle proposé par ces deux artistes réunis ne peut être que grandiose et époustouflant !

Caroline Boudet-Lefort