Les nuits - Angelin Preljocaj

PDFImprimerEnvoyer

Une ouverture miroitée dans les vapeurs turques d’un bain, un mandala humain où l’orient tente une apparition...

 

 

Spectacle

Certains traits du caractère chorégraphique de l’auteur se mettent en scène : un melting-pot rythmé, des accélérations chroniques aux mouvements circulaires séquencés et en phases, une vue d’ensemble de détails différents.

Les chapitres des Milles et une nuits s’interposent. Hélas, Shéhérazade à des élans d’américaine instaurée. Certaines séquences ressemblent plus à une parade de la marine des années cinquante avec un ballet de jambes qui prône le machisme du monde où James Brown est détrôné par une chanteuse, Natasha Atlas.

spectacle

Troubles de l’orientation sexuelle ? L’infériorité numérique masculine ne peut duper quiconque tout comme sa féminisation voire son homo-sexualisation. La femme n’échappe pas à la mouvance gay et procède à des scènes tout aussi coïtales.

Les duos – hommes/femmes, masculins, féminins – se relèvent, s’enchaînent et se superposent sur un fond groupé et cadencé.

spectacle

L’homo-sexualisation prononcée, couplée à l’homogénéisation qui en exulte de part ces identités sexuelles érotiques omniprésentes et non dérangeantes, amène à une hétérogénéité de l’espace mental et physique mis sur un même plan.

spectacle

Une étude des fonctions primaires des corps en mouvement, la danse de Preljocaj prend part à la technique et à la création. Une démonstration de force physique élémentaire à l’aspect sauvage, un être ensemble parfaitement exécuté à cappella, sans repère dans ce cadre spatio-temporel qu’est cette forme cubique du dé où chacune des filles prend le rôle du chiffre cinq – cinq comme le nombre de danseurs mâles.

spectacle

Une rigidité des corps fluides, aux corps gonflés à l’hélium sous la puissance du souffle du narguilé mettant en appui l’ascendant des femmes sur leurs homologues masculins.

Un excès de désordre sentimental et d’animalisation érotique et épileptique.

spectacle

L’introduction d'objets exotiques – narguilés entre-autre mais aussi jarres et cages souples – réinstaure confortablement la présence de l’orient au détriment de son occidentalisation, dans un lieu qui pourrait atteindre le cliché.

spectacle

Manon Formaggio