Alain Lestié questionne sur la finitude de l’être chez Christian Depardieu

PDFImprimerEnvoyer

L’exposition d’un galeriste, hors de ses murs, c’est un risque ! C’est pourtant un pari réussi avec l’exposition d’Alain Lestié Pour Suite. Le travail de cet artiste sur le temps, la mémoire, la méditation, habite et envahit ce lieu privé. Une vingtaine d’œuvres soulève diverses directions d’une des questions sans réponse de l’artiste.

 

Alain Lestié

Après le livre sur le parcours de l’artiste, sorti aux Editions, La Diane Française* et l’exposition présentée à la galerie Quadrige, issue d’une autoréflexion de l’artiste, voici de nouvelles œuvres présentées sous le titre Pour Suite.* Peut être pourrait-on dire : Post- Scriptum, car ces peintures au crayon dans la continuité de l’œuvre, présentent un des aspects récurrents de la création d’Alain Lestié. Après avoir questionné sur le futur de la peinture, sur le destin de l’humanité, c’est à présent une sélection d’œuvres sur la finitude. Une adresse plus intime à l’individu, au passager de la vie. Issue d’un travail constant, se dévoile une étrange réflexion sur l’ultime et les incertitudes de l’être dans un univers qui n’est ni prévisible, ni déterministe. Des compartiments de vie débouchent sur des lieux sombres incluant arcs lumineux, texte barrés, lumière voilée.

Alain Lestié

Les interrogations d’un visiteur devant l’œuvre Ad ultimum sont palpables. Au milieu de l’espace du tableau figure une échelle dressée entre deux mondes dont 7 graduations lumineuses s’éclaircissent de degré en degré, peut-être de vie en vie, pour aboutir à un espace sombre, sorte de non-lieu aux lettres blanches ad ultimum biffées. Espace en écho de ce qui est ici et maintenant dans le bas du tableau. Est-ce retour à la matière, au néant, à un autre cycle de vie ? Métamorphoses, réincarnations ? Chacun y trouvera une explication, une résonance, une interrogation sur la vie et l’au-delà, une montée lumineuse de l’échelle de Jacob, ou les hasards de la science et de la philosophie.

Au fil de l’exposition flotte une incertitude qui grandit avec de possibles lectures, aiguise notre curiosité, il se dégage pourtant une impression de paix ou plutôt d’une fatalité sans révolte. Les proportions de plusieurs tableaux se sont allongées, l’œuvre plus étroite permet un approfondissement, un focus particulier, une plus grande concentration des choses.

L’artiste nous a familiarisés à certains motifs qui parcourent son œuvre, nous retrouvons ici : lampe, graffitis, ombre blanche, écriture, croquis et plans, globe, plans, petits paysages, rocher ficelé, tas et amas, échelle, planche, autant de motifs qui ne prennent sens qu’inscrits dans ces nouvelles mises en scène. Depuis quelque temps, les œuvres incluent des éléments découpés, montés et assemblés, venus de travaux précédents, abandonnés, permettant à l’artiste une dialectique avec les morceaux qui se marient ou se heurtent. Alain Lestié a toujours présenté même dans sa peinture, des blocs de vie, des tiroirs à réflexions, c’est la manière dont vont jouer ces éléments dans l’image qui importe. Que l’image mentale de l’œuvre trouve résonnance entre le spectateur et le créateur. Qu’elle crée un face à face et provoque un ressenti. Alain Lestié affirme n’être ni philosophe, ni poète, ni mathématicien, être un plasticien dont l’art est bordé par ces disciplines. Peut-on le définir comme un interrogateur de l’organisation du monde ?

Un spectateur nouveau, à l’esprit découvreur, peut plonger dans ce monde, dans cette peinture à réflexion intime, s’initier à son questionnement. Les titres choisis par Alain Lestié lui permettront ensuite d’identifier l’œuvre, de rectifier peut être son interprétation, d’aller vers de nouvelles pistes, de voyager dans le temps et l’espace, de faire un voyage sidéral : ad ultimum et nihil obstat puis finitude, transferts, voies détournées, ligne de fuite, un air du large…et de rejoindre ainsi les amateurs et collectionneurs de ce grand artiste et penseur.


Brigitte Chéry


* Collection L’Art au carré : Alain Lestié, éditions La Diane Française, une étude rétrospective de l’œuvre d’Alain Lestié par Raphaël Monticelli et Alain Freixe avec 8 gravures sur bois de l’artiste.

*Galerie Depardieu 18, avenue des Fleurs 06000 Nice Tel 33 0 493 964 096

Exposition du 2 au 30 septembre 2013