Les rencontres photographiques d'Arles 2013

PDFImprimer

Difficile de rendre compte des 50 expositions et de tout ce qui entoure les rencontres d'Arles !

La ville est entièrement consacrée à cet événement devenu une référence mondiale. On s'étonne toutefois qu'il n'y ait pas plus de communication visuelle. Ainsi, certains touristes rencontrés semblaient ne pas être au courant.

 

Ce n'est évidemment pas le cas des visiteurs passionnés par la photographie (75.000 en 2012) D'autant plus que, cette année, Arles est associée à Marseille, capitale européenne de la culture. Le thème choisi, le noir et blanc, bien que pas entièrement respecté au fil des expositions, est toutefois très majoritaire.

Arles

L'exposition que nous avons le plus remarqué dans le foisonnement des rencontre d'Arles est celle d'Alfredo Jaar à l'église des Frères Pêcheurs sur le thème de la politique des images.

Nous suivons le travail de cet artiste, né en 1956 à Santiago du Chili et qui vit maintenant à New-York depuis les années 90, à la galerie Oliva Arauna à Madrid et maintenant à la galerie Kamel Menour à Paris, galeries qui ont d'ailleurs collaboré à cette exposition ainsi que la galerie Thomas Schulte de Berlin et le Louisiana Museum of Modern Art à Humlebeak au Danemark.

Alfredo Jaar

Habitué des grandes foires internationales, il a participé à de nombreuses biennales telles que Venise (1986, 2007), Sao Paulo (1897, 1989) Kwangju (1995, 2000), Istambul (1995), Johannesbour (1997) Seville (2006). Son travail a été l'objet d'expositions dans les musées et fondations à New York, Londres, Chicago, Stockholm, Rome, Lausanne, Santiago...

Alfredo Jaar est architecte et il prend possession des vieux murs de cette église du XV° siècle, appartenant depuis 1981 à la ville d'Arles, avec une remarquable maîtrise et un grand sens de la mise en scène : installations, projections, présentations de documents.

Le parcours qu'il nous propose nous invite à nous interroger sur la vérité et donc sur les mensonges des images véhiculées par les médias. Démonstration sans appel ! Son histoire personnelle, son exil lors de la dictature chilienne ainsi que son long séjour en France lui servent de référence pour dénoncer notre perception souvent trop superficielle des images, la manière occidentale de considérer les événements ayant lieu dans des pays de culture et d'histoire parfois éloignée.

Alfredo Jaar

Son travail est résolument contemporain en ce qu'il entre en résonancvee avec les événements politiques majeurs survenant ici ou là sur la planète. Son exposition est une succession de mini installations/performance qui ne peuvent laisser le visiteur indifférent.

Une autre exposition parmi toutes celles que nous avons parcouru est celle du photographe Arno Rafael Minkkinen, intitulée Optic Nerve (nerf optique).

Cet artiste issu de la célèbre école de photographie finlandaise, photographie en noir et blanc des parties de son corps d'une manière surprenante et insolite. Il réalise ainsi un remarquable travail gestuel et pictural, une véritable chorégraphie avec l'eau et les éléments naturels de la foret avec une inventivité, une créativité fantastique et une très grande rigueur. Le résultat obtenu contraste avec la simplicité des moyens employés : son corps et la nature.

Arles

« Mon travail comporte aussi une face cachée : la part liée au nerf optique, où se situe l'inventivité de ma démarche. Une responsabilité que je partage avec mon appareil et qui consiste à extraire de la réalité de nouvelles étincelles de spontanéité et des incohérences visuelles uniques » «  L'art consiste à rendre le risque visible. Telle est ma philosophie de la vision. A moins que ce soit, je pense, donc je vois et je vois donc je suis comme aurait dit Descartes ».

Arles lui a consacré plusieurs salles ou son travail est bien mis en valeur.

www.arno-rafael-minkkinen.com

Arles

CD