Inauguration d'une spectaculaire installation de l'artiste belge Arne Quinze au MAMAC de Nice. « Hommage à Alexander Calder »

PDFImprimerEnvoyer

Après un interminable chantier, la rénovation des façades du MAMAC de Nice semble enfin se terminer.

Les turpitudes, voire les malversations qui ont caractérisé la construction du Musée et du Théâtre, notamment le lamentable raté des façades en marbre de Carrare qui, mal posées et trop lourdes menaçaient de tomber sur les passants, ont obligé la municipalité à entourer le musée et le théâtre d'affreuses palissades de sécurité pendant toutes ces années. Cela s'ajoutait à l’invraisemblable dégradation des accès du Musée, escalators condamnés, trous béants dans les plafonds, suppression de l'entrée par le pilier est où était installé incongrûment le « cyber-emploi », ou la verrue limite insalubre que constituait un restaurant fermé pour « raisons administratives » depuis des années...

 

Exposition

On peut toutefois légitimement se demander pourquoi, il avait été décidé à très grand frais, de remettre du marbre alors que de l'avis de nombreux architectes, une surface en béton traité d'une manière contemporaine aurait permis de réduire considérablement la dépense affichée en grand sur une banderole à 8 millions d'euros...

Bref, les choses étant faites, l'installation d'Arne Quinze marque le commencement de la fin de cette triste séquence...

Exposition

D’une longueur d’environ 70 mètres pour une hauteur de 12 mètres, cette installation temporaire se compose de chevrons de bois naturel ou teintés d’orange, assemblés en nuages et reposant sur des plots en béton. Elle se caractérise par l’utilisation de plusieurs types de bois peints dans des couleurs fluorescentes électriques sur des thèmes faisant référence à l’interaction sociale et la communication.

L'artiste belge d'origine flamande a déjà réalisé plusieurs grandes constructions en bois : Structured Chaos, Rio de Janeiro, Brésil, 2012 ; Rock Strangers, Ostend, Belgique, 2012 ; Red Beacon, Shanghai, Chine, 2010 ; ou encore Camille, Rouen, France, 2010.

Exposition

l'installation se divise en deux partie : l'une à l'intérieur des 4 tours du Musée et l'autre beaucoup plus grande, couvre une partie de l'esplanade entre le musée et le théâtre.

Cette structure en hommage à Alexander Calder prolonge l'architecture du MAMAC et symbolise un dialogue avec la ville, thèmes faisant références à l'interaction sociale et à la communication chers à l'artiste.

Exposition

CD