LES PETITS PAPIERS D’ANTONI CLAVÉ

PDFImprimerEnvoyer

L’hôtel des Arts à Toulon, nous offre cet été un véritable cadeau. C’est en effet le seul lieu de notre région qui consacre à Antoni Clavé une exposition sur son œuvre.

 

 

exposition

Certes, elle est partielle, mais cela n’a rien de péjoratif. Antoni Clavé fut tellement productif qu’il faudrait bien plus de salles que n'en compte ce musée pour évoquer la totalité de sa création. Artiste Catalan, [un de plus], issu d’une région, d’une terre où naquirent tant et tant de grandes figures du XX° siècle, il possède un secret qu’il a toujours bien gardé et emmené avec lui dans ce paradis où il doit aujourd’hui découper les nuages. Né en 1913, il a 23 ans quand éclate la guerre civile qui ensanglanta l’Espagne, non du sang des taureaux, mais de celui des hommes. Le rouge est, probablement à cause de ce chapitre tragique de sa vie, une des couleurs dominantes de son œuvre. « On voit bien que c’est un espagnol » proclame un visiteur ! Ce rouge, c’est le sang de Guernica et d’autres batailles épiques de cette guerre qui fut la triste répétition du carnage de la seconde guerre mondiale.

 

exposition

Clavé est à Paris dans ces années 40 et, avec Picasso et André Marchand, ils sont les trois principaux artistes de cette capitale des lumières et des arts. Clavé se sert de trois couleurs dominantes dans ses tableaux : le rouge, on a compris le sens profond de ce choix, le noir, là, est-ce celui du deuil ou de la robe des taureaux et le bleu, évidemment celui d’un ciel sans nuage ou saint Exupéry n’aurait jamais pu faire parler son petit prince. Clavé n’est pas prince, mais grand d’Espagne, ce au sens le plus noble de ce titre. On remarquera le visage, la main et le gant comme étant les sujets les plus représentés dans ses tableaux. Ce gant trouvé sur un trottoir de New York est maintenant immortalisé. L’hôtel des Arts nous montre un tableau et combien resteront stupéfaits devant celui-ci : certains y voient l’astéroïde de la guerre des Étoiles, d’autres le trompe l’œil. Ils ont à la fois torts et raisons, car Clavé avec son pinceau qui bien souvent devient un ciseau, celui du sculpteur, avec des publicités découpées, savamment collées, sait créer l’illusion, le mirage, trompant notre œil.

 

exposition

Le sculpteur et ses bronzes, est-ce ou n’est-ce pas ? Toujours la même question depuis l’âge de bronze et ce sourire narquois de l’artiste qui a trompé son monde. En fait il veut ici souligner l’éternité des choses et ce qui est, sera et a été et ainsi de suite jusqu’à la fin des temps. C’est tout l’univers de ce peintre et sculpteur avec une partie de son œuvre que durant cet été l’hôtel des Arts à Toulon vous offre, une exposition unique dans le sud est et de plus gratuite, voilà deux bonnes raisons d’aller à Toulon et découvrir ou redécouvrir Antoni Clavé.


T Jan.

Hôtel des Arts

Antoni Clavé

Jusqu’au 2 septembre 2012

Tous les jours sauf le lundi.