hantoto

hantoto

hantoto

hantoto

karetslot

karetslot

karetslot

karetslot

karetslot

mrxghost.id

pastigacor88

winstar77

mpo1221

airbet88

usaha188

interwin

bigsloto

imbaslot

mpo888

trisula88

mposport

mposlot

tancap88

merdekawin

detik288

pulsa777

grandbet88

rute303

alostgirl

zunairaenterprises

armentapro

budgetbettyatl

champ90

creaturno

dinosaurtypes

keyblogginghub

luxgetawayswithmelissa

magicdespell

maviwebsolution

oasispalode

sitinia

tamasdogs

toptrendingnews

melkabymk

hellpromise

90ppstv

agence-eureka

Brèves de lecture

Collection Les plus belles pages, Eyrolles 2012

Une nouvelle collection d’anthologies thématiques, rien de bien original. Les premiers thèmes traités non plus. Mais il ne s’agit pas de travaux de librairie bâclés à la va-vite. 300 pages pour l’un, 250 pour le deuxième, chaque auteur est présenté, mis en situation, les textes sont donnés par période dans la chronologie. Les ouvrages restent d’un format maniable, agréablement présentés, jolies jaquettes, impression sobre et claire.

Pour le lecteur qui ne s’est pas intéressé plus particulièrement aux thèmes abordés, s’il y retrouve quelques noms attendus, et beaucoup dont il ignorait l’existence, il aura certainement au fil des pages quelques surprises. Vous passerez de proses en vers, de délicates dégustations à manœuvres plus générales. Heureusement, « chez les écrivains, on ne se nourrit pas que de mots, loin s’en faut », mais belle plume ne néglige pas belles poulailles. On attendait en gourmands Rabelais, Balzac ou Colette, moins Mallarmé ou Valéry. Dans l’érotisme, Apollinaire, Aragon, ou Villon, guère Saint-John Perse, ou nos classiques. Idées reçues, préjugés… Il est des aspects que nos illustres « Lagarde & Michard » ne nous révélaient pas. « Mignonne allons voir si la rose… » fera autrement image lorsqu’on aura aperçu les Folastreries « Lance au bout d’or, qui sais et poindre et oindre/ De qui jamais la roideur ne défaut » discours d’un tout autre ton Ronsard. Et Voltaire coquin, qui rime les ébats de « La Pucelle d’Orléans » à « aimer un âne et lui donner sa fleur ! ».

L’avantage des anthologies est de permettre le voyage dans le temps, avec des allers et des retours au gré des fantaisies, sauter les siècles, tâter ici, goûter là, revenir au connu, rencontrer l’imprévu si tel est le désir. Tout est question de vocabulaire.

Marcel Alocco

La littérature érotique de François Villon à Jean Genet

Par Claude–Henri du Bord

La littérature gourmande de François Rabelais à Marcel Proust

par Philippe Di Folco